La Citroën C4 Cactus rentre dans le rang

La piquante berline avait défrayé la chronique lors de sa sortie par ses audaces esthétiques. La nouvelle Cactus perd un peu de son originalité pour devenir plus statutaire mais elle gagne un confort remarquable grâce à sa suspension innovante. Bien dans l’esprit Citroën.

Fini les barres de toit (désormais optionnelles) et les air-bump caoutchoutés sur les portières relégués au bas de caisse. Pseudo cross-over décalé lors de sa sortie il y a 4 ans, la Citroën C4 Cactus perd ses épines esthétiques et redevient une berline moyenne moins originale mais plus statutaire, la C4 « traditionnelle » elle, risquant fort de ne pas être remplacée. La Cactus conserve néanmoins sa très jolie ligne façon break de chasse et gagne une face avant restylée conforme aux canons esthétiques de la marque aujourd’hui et de nouveaux feux arrière 3D à LED.

L’intérieur évolue peu avec la même planche de bord emblématique de l’esprit Citroën qui a contribué au succès du modèle. Surtout, la Cactus hérite de nouveaux sièges et de la nouvelle suspension avec amortisseurs à butées hydrauliques progressives. Une technologie venue de la compétition auto, inaugurée sur le C5 cactus en Chine et désormais disponible de série dans l’Hexagone.

Si on s’approche du grand confort de la suspension hydropneumatique Citroën d’antan sans toutefois l’égaler, il faut bien reconnaître que la C4 ainsi dotée bénéficie d’un agrément de conduite exemplaire.

Allié au savoir-faire PSA en matière de châssis cette suspension  offre une tenue de route sans reproches. Spacieuse, bien équipée, dotée d’un toit en verre panoramique mais, comme dans l’ancien modèle, qui ne s’occulte pas (à haute protection thermique mais mieux vaut quand même éviter de stationner en plein soleil en période de canicule), la C4 millésime 2018 garde une incongruité héritée de sa devancière : pas de vitres électriques à l’arrière mais de simples compas pour les entre-ouvrir (comme sur la DS4 !).

Côté moteur rien à dire : le bloc essence Puretech 130 chevaux fait le job même si la boite manuelle 6 est perfectible (mais le moteur 110 ch est disponible avec la remarquable boite auto EAT6) et le Stop and Start made in PSA est comme toujours sans reproches

Modèle essayé : Citroën C4 Cactus PureTech 130 S&S BVM6 Shine. Tarif: à partir de 23 450 euros. Tarifs gamme essence à partir de 16 9650 euros. Tarifs gamme diesel à partir de 20 800 euros.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.