La nouvelle Opel Insignia monte en gamme

Le vaisseau amiral d’Opel est une grande familiale routière qui cherche à titiller les cadors germaniques du segment. En jouant notamment sur le registre esthétique.

L’Opel Insignia incarne depuis son origine, en 2008, la grande routière familiale par excellence, dotée d’un coffre immense, d’un confort et d’un espace passagers raisonnables, d’une mécanique satisfaisante, d’un équipement généreux, le tout réservant un plaisir de conduite appréciable.

La deuxième génération présentée à Genève cette année et qui arrive aujourd’hui sur nos routes ne renie rien de toutes ces qualités. Elle y ajoute un superbe coup de crayon pour un design encore plus affirmé dans la catégorie des berlines coupées façon Mercedes CLS ou nouvelle Volkswagen Arteon, avec notamment une très belle face avant.

Plus large (3 cm) et plus longue (5,5 cm) que sa devancière, l’Insignia 2017 est un grand véhicule en berline, Grand Sport (4,90 m) dotée d’un immense coffre (490 litres), ou en break, Sport Tourer (4,99 m).

Elle monte indéniablement en gamme par rapport à sa devancière tant sur le plan de la finition que de l’équipement avec, de série ou en option (selon le niveau de finition), le nec plus ultra de la technologie automobile d’aujourd’hui, notamment pour les aides à la conduite avec entre autres : sièges chauffants avant ET arrière, ventilés à l’avant (mais seul celui du conducteur dispose de réglage électrique et de massage, mesquin !), phares intelligents, régulateur de vitesse adaptatif, affichage tête haute projeté dans le pare-brise, point d’accès WI-FI 4G, etc.

Reste que l’ensemble demeure perfectible pour l’ergonomie des commandes, le confort des passagers notamment à l’arrière où l’espace est encombré par un immense tunnel de transmission (bizarre pour une traction !) et la pleine maîtrise de certains bonus de confort à l’exemple des constructeurs coréens (le siège conducteur peut reculer quand on sort du véhicule mais il ne revient pas en place quand on s’assoit au volant, insupportable !).

Rien à dire sur le plan mécanique. Essayée avec le moteur essence 1,5 litre turbo de 165 chevaux couplé à une boîte auto à 6 rapports (une boîte 8 est disponible avec les moteurs 2 litres), l’Insignia assure et se montre suffisamment puissante et réactive en toutes circonstances. Agréable sur de longs parcours.

Modèle essayé : Opel Insignia Grand Sport Elite 1.5 Turbo 165 ch. Tarif : à partir de 35700 euros. Tarifs gamme essence à partir de 27150 euros. Tarifs gamme diesel à partir de 31350 euros.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.