L’Audi Q5 fait peau neuve à petites touches

Plutôt familiale confortable que tout terrain pur et dur le Q5 confirme toutes ses qualités de grande routière grâce notamment à sa nouvelle transmission quattro ultra.

Audi a-t-il fait le bon choix en faisant assembler désormais son Q5 non plus en Allemagne mais au Mexique ? Le SUV blockbuster de la marque aux anneaux « successfull » aux Etats-Unis sera-t-il pénalisé par les velléités protectionnistes de Donald Trump ? L’avenir le dira. En Europe en tout cas le Q5 devrait connaitre à nouveau un plein succès. Lancé en 2008, ce rival des Mercedes GLC, BMW X3 et Volvo XC60 se refait une beauté après neuf ans d’attente et 1,6 million d’exemplaires vendus. Un lifting finalement plutôt léger côté esthétique sans doute pour ne pas effrayer les afficionados candidats au renouvellement : nouvelle calandre, optiques au xénon ou 100 % à LED, nouveau capot, flancs sculptés mais arrière quasiment inchangé. Dans l’habitacle c’est du sérieux comme toujours chez Audi : finition et ergonomie parfaites, qualité des matériaux, jolis dessins, espace, confort absolu avec des sièges sports (en finition S-Line) larges et profonds qui assurent un maintien parfait, équipement top (virtual cockpit, affichage tête haute, palette graphique du Q7, ouverture du hayon avec le pied, etc….). Le coffre est généreux (550 litres) avec une banquette arrière coulissante (en option) pour un gabarit de véhicule qui reste raisonnable  (4,66 mètres, +3cm sur l’ancien modèle). Le Q5 est donc une véritable familiale disponible en deux roues motrices (avec boite manuelle) ou quatre roues motrices avec la boite S-Tronic 7 rapports à double embrayage et le nouveau système quatro ultra qui fait varier la transmission de deux à quatre roues motrices selon les besoin. C’est aussi, du coup, une routière hors normes pouvant disposer (en option) d’un amortissement piloté ou d’une suspension pneumatique permettant de faire varier la garde au sol pour s’aventurer sur des chemins mal carrossés.

Modèle essayé : Audi Q5 2.0 TDI 190 quattro S-Line S-tronic. Tarif : à partir de 57 400 euros. Tarif gamme essence à partir de 49 750 euros. Tarif gamme diesel à partir de 40 750 euros.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici