Nouvelles vertes, du 24 mars

Temps de lecture estimé : 2 minutes

C’est l’heure du tour d’horizon environnemental… par Ezzedine el Mestiri.

Des pesticides en décrue • Une bonne nouvelle ! Durant la dernière décennie, les volumes de pesticides vendus, en France, ont diminué. Selon une récente étude du ministère de la Transition écologique, cette modeste décroissance s’est accentuée depuis 2019. Rappelons que la stratégie européenne intitulée « De la ferme à la table », annoncée en 2020, prévoit de réduire de 50 % l’usage des pesticides en 2030… 

Italie, une Constitution plus écoloL’Italie vient d’intégrer « la protection de l’environnement, de la biodiversité et des écosystèmes » dans sa Constitution afin de « protéger les générations futures ». Le texte rappelle notamment que « toute initiative économique privée ne doit pas nuire à la santé ou à l’environnement ». La protection des animaux a également été intégrée. Le pays, gravement touché par le changement climatique, doit s’engager d’ici à 2025 dans le déploiement des énergies renouvelables et la rénovation énergétique des bâtiments.

Sauvons le corail ! Corail à sauver • Le célèbre récif australien est victime du réchauffement climatique, avec un nouvel épisode de blanchissement du corail. Les Nations unies viennent de commencer l’inspection afin d’évaluer si le site classé au patrimoine mondial, mais qui souffre de blanchissement, est protégé du changement climatique. La mission de l’Unesco évaluera si le gouvernement australien agit suffisamment contre les menaces qui pèsent sur la Grande barrière de corail, avant que la Commission du patrimoine mondial ne détermine en juin la possibilité de la classer « en péril ».

Des salariés au vert • Selon le service des statistiques du ministère du Travail, du fait de la montée du télétravail, de plus en plus de salariés quittent Paris et les centres-villes pour s’installer dans un environnement plus rural et plus sain. Plus d’espace, moins de stress… Une tendance déjà remarquée avant la crise sanitaire.  Sans conteste, le télétravail a facilité cette mise au vert et la recherche d’une vie plus simple.

Journaliste-Chef de service rédactionnel. Formé en Sorbonne – soit la preuve vivante qu'il ne faut pas « nécessairement » passer par une école de journalisme pour exercer le métier ! Journaliste économique (entreprises, macroéconomie, management, franchise, etc.). Friand de football et politiquement égaré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.