Hôtellerie : comment les grandes chaînes soignent leur trésorerie

Une analyse publiée par The Conversation, menée par Jérôme Caby, délégué général de la Fédération nationale pour l’enseignement de la gestion des entreprises.

Pour faire face à la crise du coronavirus, le groupe Accor a annoncé le 4 août 2020 la suppression de 1 000 emplois sur un total de 18 000 dans le cadre d’un plan d’économies de 200 millions d’euros. Son PDG, Sébastien Bazin, ne prévoit pas un retour au niveau d’activité de 2019 avant fin 2022, voire début 2023.

Le secteur de l’hôtellerie, comme plus largement celui du tourisme et du transport, est durement touché par la crise. Selon un rapport des Nations unies publié début juillet, le secteur du tourisme mondial pourrait perdre jusqu’à 3 300 milliards de dollars, soit l’équivalent de 4,2 % du PIB mondial annuel, si l’interruption se poursuivait pendant 12 mois.

Dans ces conditions, comment les chaînes hôtelières parviennent-elles à survivre financièrement ? Pour tenter d’apprécier leur situation, nous avons sélectionné cinq grands groupes hôteliers internationaux : Accor (France), Intercontinental (Royaume-Uni), Hilton, Hyatt et Marriott (États-Unis).

Une activité très dégradée
Le graphique 1 montre que les entreprises sont impactées très négativement par la crise du coronavirus avec des baisses de chiffre d’affaires de l’ordre de 40 à 50 % au premier semestre 2020 par rapport au même semestre de 2019.

Rapports semestriels des entreprises

Les hôtels ont été fermés partiellement ou totalement pendant les périodes de confinement avec des fréquentations très réduites. Marriott indique ainsi que son taux d’occupation mondial des chambres est descendu à 11 % la semaine du 11 avril (contre 34 % pour la semaine du 1er août) et qu’en avril seuls 74 % des hôtels étaient ouverts (contre 91 % en août).

Ce qui s’est traduit pour l’ensemble des chaînes par des baisses impressionnantes des taux d’occupation en particulier pour le second trimestre (de 13,5 % à 25,1 % en 2020 contre 68,9 % à 79,4 % pour la même période en 2020).

Rapports semestriels des entreprises

Cette très importante dégradation de l’activité s’est naturellement traduite par des résultats nets négatifs pour l’ensemble des groupes hôteliers. Dans ces conditions, des questions peuvent se poser sur la capacité de ces entreprises à supporter financièrement un tel choc.

Une liquidité améliorée

Contrairement à ce que l’on pouvait anticiper, toutes les chaînes ont vu leur trésorerie s’améliorer notablement sur la période. Sachant en outre que ces données ne prennent pas en compte les lignes de crédits non utilisées dont elles disposaient auparavant ou qu’elles ont négociées depuis la survenue de la crise.

Rapports semestriels des entreprises (en euros pour Accor, en dollars pour les autres).

Par exemple, Accor a négocié en mai une nouvelle ligne de crédit renouvelable de 560 millions d’euros qui est venue s’ajouter à une précédente de 1,2 milliard. Compte tenu du montant de ses liquidités (2,5 milliards), voilà qui représente une trésorerie potentielle de plus de 4 milliards d’euros, soit, selon Accor, 40 mois de consommation de trésorerie.

Un endettement maîtrisé
Lorsque l’on observe le taux d’endettement net (endettement financier – trésorerie/total de l’actif) des groupes hôteliers, on constate qu’il a baissé au cours du 1er semestre 2020, à l’exception des deux entreprises les moins endettées (Accor et Hyatt) qui ont connu une légère augmentation.

 

Rapports semestriels des entreprises

De façon surprenante, la situation financière des groupes hôteliers ne montre pas de signaux inquiétants de dégradation à court terme, au contraire, bien qu’ils aient souvent émis de nouvelles obligations au cours du semestre (par exemple, 1 milliard de dollars pour Hilton, 3,5 milliards de dollars pour Marriott).

Les mesures de remédiation

Pour parvenir à ce résultat, les groupes hôteliers ont mis en œuvre plusieurs mesures pour atténuer les conséquences financières de la baisse d’activité. Ils ont tous cessé (au moins au cours du deuxième trimestre) de verser des dividendes et stoppé les programmes de rachat d’actions.

En raison de la baisse d’activité, les dépenses ont été automatiquement réduites sans compter les plans d’économies : 200 millions d’euros programmés de réductions de dépenses sur une base de 1,2 milliard chez Accor.

En termes de conséquence sur l’emploi, à l’annonce d’Accor s’ajoutent des plans de licenciement comme celui annoncé par Hyatt, qui porte sur 1 300 employés ou encore celui chez Intercontinental qui concerne 10 % du personnel.

La réduction des investissements (100 millions d’euros de moins prévus en 2020 chez Intercontinental) et une gestion plus stricte du besoin en fonds de roulement contribuent également à préserver la liquidité de ces entreprises.

En conséquence, la crise pourrait également favoriser les fusions comme l’attestent les rumeurs récentes de rapprochement entre Accor et Intercontinental. Les groupes hôteliers ont jusqu’ici remarquablement su gérer les conséquences financières à court terme de la crise, mais dans l’attente d’un réel, mais hypothétique redémarrage de l’activité, ces rapprochements pourraient suffire à « tenir » plus longtemps, aucune des mesures financières évoquées ne pouvant durablement permettre de faire face à la baisse de l’activité.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.