Métropoles : quels poids, quels projets ?

On parle désormais de « métropolisation ». Remaniées et renforcées dans leurs missions par les lois Maptam (2014) et NOTRE (2015), les métropoles organisées autour des grandes villes de France et de Navarre concentrent les principaux pôles d’activité, d’emploi et d’innovation. Entre ambitions pour le territoire et projets de développement, tour d’horizon (non exhaustif !) de ces « super-intercommunalités ».

Bordeaux Métropole, vers une panne d’attractivité ?

La capitale aquitaine est habituée à truster les premières places des classements d’attractivité des grandes villes et métropoles françaises (en tête de l’indice « great place to work » depuis six ans), ses problématiques de circulation et de logement sont de plus en plus dénoncées par ses habitants. Victime de son succès en quelques sortes, Bordeaux attire toujours les cadres mais les millenials lui privilégient désormais Lyon et Paris. Une attractivité que Bordeaux Métropole entend bien relancer via une série de projets d’ampleurs, à l’instar du pont Chaban-Delmas reliant les deux rives de la Garonne ouvert en 2013. Et en s’appuyant sur ses ressources : 28 communes, 750 000 habitants, 1126 km d’aménagements cyclables, 4 pôles de compétitivité, 420 000 emplois, 38 000 entreprises… Parmi les grands projets de la métropole, l’Opération d’Intérêt Métropolitain (OIM, désigne des territoires prioritaires de développement économique sur la métropole) Bordeaux Aéroparc vise notamment le développement d’une filière d’excellence aéronautique-spatial-défense et la création de 10 000 emplois d’ici à 2030, au sein d’un quartier de 400 hectares autour de l’aéroport de Bordeaux Mérignac. L’autre grand chantier, c’est celui de la mobilité et de l’extension des lignes de tramway (investissement de près d’1 milliard de dollars et 33 km de lignes supplémentaires). L’objectif : 200 millions de voyageurs à l’horizon 2020. Nous voilà en 2020, rendez-vous l’année prochain pour faire les comptes.

Toulouse Métropole, jeune et active

La métropole toulousaine, ses 37 communes et ses plus de 760 000 habitants réunissent plus de la moitié de la population de Haute-Garonne. Forte notamment d’une filière aéronautique et spatiale modèle (un salarié sur cinq travaille pour une entreprise de l’aérospatial), Toulouse Métropole compte près de 450 000 actifs en situation d’emploi, dont 400 000 salariés. Et Toulouse attire. En moyenne 5 600 nouveaux résidents se laissent convaincre chaque année par l’image d’une métropole jeune et active, qui présente un solde naturel important et un rajeunissement progressif de la population. Autre gage d’attractivité : l’annonce d’une nouvelle gestion de l’eau sur la métropole, confiée à Veolia et Suez, qui permet une baisse de un euro du tarif du m3 d’eau (de 3,9 euros à 2,91 euros). Une dynamique que Toulouse Métropole s’apprête à cultiver en 2020, forte d’un budget d’1,8 milliard d’euros (dont 800 000 millions d’euros d’investissement). Dans la foulée des grands projets aboutis en 2019 (place Saint-Sernin, parvis de Matabiau…), 2020 s’annonce à son tour riche en nouveaux chantiers. Parmi lesquels le nouveau quartier Jolimont, qui doit accueillir 1 200 logements en 15 ans et pour lequel l’État a cédé la surface foncière à Toulouse, ou encore la future Halle gourmande, prévue pour 2021 dans le quartier de la Cartoucherie. Ce n’est pas le dynamisme qui manque dans la ville rose.

Métropole du Grand Paris, le chantier du siècle

À métropole particulière statut particulier. Le Grand Paris, présidé par Patrick Ollier, est depuis la loi Maptam de 2014 un EPCI (établissement public de coopération intercommunale) à fiscalité propre. En quelques chiffres, le Grand Paris c’est : 130 communes + Paris, 7,2 millions d’habitants, 814 km², un conseil métropolitain de 209 élus, 25 % du PIB national, près de 750 000 entreprises et 4,1 millions d’emplois (1er bassin européen). Le Grand Paris c’est aussi un projet : faire de la capitale une « ville-monde ». Projet amorcé dès 2007 et construit autour de trois enjeux : les transports urbains, le logement durable et le développement économique, avec la tenue des JO 2024 comme premier défi majeur. Mais projet qui avance au ralenti, au gré des reports et de réévaluations budgétaires. Le Grand Paris express et ses 200km de lignes prévus pour désengorger le trafic et désenclaver les banlieues, ne devrait pas aboutir avant 2030 (ouverture des premières lignes en 2024). Reste que les retombées s’annoncent nombreuses. Outre les 15 000 emplois directs qui doivent être créés et l’objectif de la neutralité carbone pour 2050 (le chemin est encore long…), la CCI d’Ile-de-France prédit un gain de 140 milliards d’euros pour le PIB national et plus de 60 milliards d’euros de recettes publiques par an à l’horizon 2030. Le Scot métropolitain (Schéma de cohérence territorial), document de référence du projet doit être approuvé à l’automne 2020, après concertation publique. Dans une année marquée par les élections municipales à venir et annoncée comme celle de la montée en puissance des avancées du Grand Paris, la métropole francilienne aura décidément du pain sur la planche.

Métropole de Lyon, attractivité et ambitions intactes

Sacrée métropole la plus attractive de France en 2018 (enquête RégionsJob-ParisJob), seconde métropole la plus attractive pour les investisseurs internationaux (Baromètre EY) et 1e ville française où il fait bon entreprendre (Palmarès des villes l’Express 2019), Lyon fait office de poids lourd national. Et se distingue par son statut de collectivité territoriale. La capitale des Gaules, première agglomération industrielle hors Ile-de-France et leader européen des nouvelles mobilités, rassemble 1,4 million d’habitants, 74,6 milliards d’euros de PIB et plus de 170 000 entreprises. Preuve de son dynamisme, près de 16 000 emplois ont été créé dans la métropole en 2019. Parmi les grands projets lyonnais, le quartier de la Part-Dieu, 2nd pôle tertiaire français (1 000 000 m² de bureaux) qui mélange innovation urbaine et mixité des aménagements, accueillera en 2020 le chantier du futur plus grand centre commercial urbain d’Europe (32 000 m² et 80 boutiques supplémentaires d’ici à 2023). Pour 2020, le budget de la métropole, 3,4 milliards d’euros (dont 2,4 milliards alloués au fonctionnement et 1 milliard d’euros d’investissement), se veut être à la hauteur des ambitions. Année électorale oblige, 2020 sera un tournant pour la métropole lyonnaise. Ses habitants voteront deux fois, pour leur prochain maire, et pour le prochain président de la métropole. Il s’agit de la première élection du conseil du Grand Lyon au suffrage universel direct.

Métropole d’Aix-Marseille Provence, horizon 2040

La dernière métropole à statut particulier et à fiscalité propre, et la seconde métropole de France, se nomme Aix-Marseille. Avec 1,9 million d’habitants, 255 km de littoral, plus de 150 000 entreprises et un pôle de recherche publique très fournit (4 500 chercheurs, le 2nd de France après Paris), la métropole présidée par Martine Vassal ne manque pas d’arguments. Pour répondre aux enjeux qui jalonnent les six territoires et intercommunalités réunis sous la bannière d’Aix-Marseille, la métropole provençale a, comme ses homologues, lancé son Schéma de Cohérence Territoriale (Scot). Lequel encadre les futurs Plans Locaux d’Urbanisme Intercommunaux (PLUI), qui s’appliqueront aux différents territoires, et définit un projet stratégique jusqu’en 2040. 2019 fut l’année de l’élaboration du Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD), qui entend s’appuyer sur la richesse environnementale du Pays d’Aix pour l’inscrire dans une logique « écoresponsable conciliant proximité et attractivité ». Le tout à l’horizon 2030. Prochaine étape en 2020 : éditer le Document d’Orientation et d’Objectifs (DOO, que de sigles !), qui regroupera les outils réglementaires nécessaires pour atteindre les objectifs du PADD. Jusqu’à l’arrêt du projet en 2021 et son approbation en 2022, après consultation publique. Reste que le budget de la métropole, très endettée, est revu à la baisse pour 2020 (1,1 milliard d’euros de fonctionnement et 645 millions d’euros d’investissements).

Adam Belghiti Alaoui

Au Sommaire du dossier 

1. 6 rendez-vous de la France en 2020 et au-delà

2. Métropoles : quel poids, quels projets ?

3. Comment prend-on sa retraite sur la planète, si on la prend…

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.