Comment prend-on sa retraite sur la planète, si on la prend…

En France, la réforme de l’institution d’après-guerre, sacro-sainte retraite par répartition, bloque tout un pays. Mais au fait, ça se passe comment, dans le reste du monde ? Un constat, chaque pays tente de trouver une solution. Selon l’Observatoire des retraites, personne ou presque ne détient la recette. Dès lors que les populations vieillissent et que la croissance économique ne se montre pas suffisamment soutenue, l’équation ne « tient » plus

États-Unis : Système obligatoire

La cotisation pour une pension de retraite aux États-Unis via une caisse de sécurité sociale est obligatoire. La pension est calculée sur les revenus tout au long de la carrière. Âge de départ : 62 ans. Les revenus issus de la retraite sont relativement faibles : quelque 40 % du salaire. Un système de capitalisation est encouragé avec un avantage fiscal, lié à l’article 401 qui stipule que les Américain/es sont imposés sur ce qui leur reste après cotisation. Si vous gagnez 2 000 dollars et cotisez à hauteur de 500 dollars, vous êtes imposé sur les 1 500 dollars restants.

Mexique : Usine à gaz

Employeurs et salariés versent des cotisations égales à un pourcentage de salaire, auxquelles s’ajoute une contribution de l’État, sur un compte individuel, géré par des fonds de pension (les Afore). Le salarié verse une cotisation supplémentaire de 5 % sur un compte d’épargne logement, au régime « Infonavit ». Si le capital logement constitué n’est pas utilisé, il vient grossir le capital retraite au moment du départ. Autre originalité, l’État verse pour chaque jour de cotisation et sur tous les comptes individuels de retraite une somme déterminée, nommée cuota social [cotisation sociale], indexée sur l’inflation. Le système de retraite s’avère d’une complexité inouïe avec plus de 1 000 sous-systèmes distincts ! Seuls 31 % des Mexicain/es cotisent suffisamment pour recevoir une retraite, 2,5 millions d’individus ne bénéficient d’aucune pension. L’âge de départ est de 65 ans.

Inde : Très rares retraité/es

Sur les 321 millions de salariés que compte l’Inde, seuls 37 millions seraient couverts par un système de retraite (11,53 %). Les Hindous ne bénéficient pratiquement d’aucune protection sociale. Plus de 300 millions de personnes vivent avec moins d’un dollar par jour.

Koweit : Retraite à 50 ans !

Le Koweit offre une pension de retraite sans condition d’âge, si l’on dispose de 20 années d’assurance. L’on peut se retirer dès 50 ans. Cher pétrole…

Suède : Double mixte

Le régime suédois dispose de deux régimes obligatoires. L’un de retraite par répartition, l’autre construit sur des éléments de retraite par capitalisation. L’âge de départ est de 65 ans. Le système général est financé par une cotisation de 18,5 % du salaire, partagée entre les salariés et les employeurs, et répartie en deux tranches, la première de 16 % allouée à un système par répartition et la seconde de 2,5 %, capitalisée dans des fonds de pension. Les hauts revenus connaissent un plafonnement qui écrête tout droit complémentaire. Les points fluctuent en fonction de la démographie et de la conjoncture.

Afrique : Pour quelques maigres retraites

C’est en Afrique subsaharienne que l’on constate les taux de couverture les plus faibles sur un continent aux populations peu protégées. D’après le Bureau international du travail et l’Association internationale de la Sécurité sociale, à peine plus de 5 % des actifs au sud du Sahara contribuent effectivement à un régime de retraite. Ils sont près de 30 % au nord. En théorie, les régimes devraient couvrir 35 % de la population en âge de travailler au nord et 14 % au sud. Près de 30 % des personnes âgées, perçoivent une pension au nord et 15 % au sud.

Japon : Vieux retraités/es

Le cumul emploi retraite est encouragé et correspond à la conception des Japonais/es. Les salariés sont libres de continuer à cotiser au régime vieillesse jusqu’à… 70 ans. Dans la conception japonaise, c’est surtout un besoin d’utilité sociale qui pousse les individus à payer sans fin…

Un sondage réalisé en 2012 pour le gouvernement japonais confirme que cet état d’esprit reste dominant. Un tiers des Japonais/es souhaitent travailler jusqu’à 65 ans, un autre tiers désire poursuivre jusqu’à 70 ans et plus, et 37 % disent vouloir travailler le plus longtemps possible…

Chine : Jeunes retraité/es

Les femmes partent à 55 ans et les hommes à 60. Le système de retraite repose sur l’État qui fixe les grandes orientations. Les retraites sont gérées par des caisses locales qui ne sont pas solidaires entre elles. Le régime est très disparate à cause des différences démographiques, économiques, selon les zones développées ou rurales…
Au régime de base obligatoire peut s’ajouter un régime complémentaire dans les entreprises « financièrement solides » qui remplissent déjà leurs obligations de base. Elles ont institué un mécanisme de négociation collective. La gestion, en capitalisation, est assurée par une caisse de retraite agréée par l’État.

Patrice Remeur

Au Sommaire du dossier 

1. 6 rendez-vous de la France en 2020 et au-delà

2. Métropoles : quel poids, quels projets ?

3. Comment prend-on sa retraite sur la planète, si on la prend…

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.