Thunderstone, la marketplace physique qui bouscule le retail

Dans la famille des start-up innovantes qui réinventent leur secteur et l’expérience client, je demande Thunderstone. Le bébé d’Arthur de Soultrait, 38 ans, s’est lancé un sacré défi : bousculer un marché du retail trop longtemps réticent au changement. Sa solution clé en main : une marketplace physique qui embarque les avantages du numérique.

C’est l’histoire d’un entrepreneur qui, encore étudiant, se lançait dans sa première aventure entrepreneuriale : sa marque de prêt-à-porter Vicomte A. Un succès fulgurant, une expansion mondiale dans 650 points de vente et 42 pays et une chute brutale plus tard, Arthur de Soultrait doit rebondir. Contraint de céder sa marque à un fonds d’investissement, il tire les bons enseignements et lance sa seconde aventure, Thunderstone. Le principal intéressé se résume : « J’ai souhaité mettre à profit mes 12 ans d’expérience du prêt-à-porter et du retail, cette fois pour créer une solution tech innovante qui pouvait rapidement prendre de la valeur. » Ainsi naît en 2018 Thunderstone. Fort de son réseau et de sa connaissance du secteur, après une levée de fonds de 2 millions d’euros, notre entrepreneur capitalise en partant d’un constat simple : la gestion des stocks et les limites du numérique sont autant de freins pour les marketplaces. La solution toute trouvée : mêler physique et numérique en une seule solution. On appelle ça phygital…

Le meilleur des deux mondes

Une borne physique reliée directement aux sites e-commerce des marques partenaires et à leurs stocks, le concept est là. Et bouscule le circuit traditionnel du retail. Thunderstone s’affranchit des problématiques de stocks en exposant en magasin quelques produits phares de chaque marque tout en proposant l’entièreté de la gamme via sa borne automatisée (4 500 euros pièce). D’un côté, l’expérience physique du magasin, pour voir et essayer le produit, et de l’autre une ouverture en ligne sur le reste des gammes. Thunderstone garantit aux boutiques multimarques de ne plus manquer une vente. Oubliés les problèmes de stocks ou d’invendus. Les client·es commandent n’importe quel·les modèles et tailles, parmi les disponibilités affichées et garanties. Livraison à domicile gratuite assurée par les marques ou retrait en magasin, à l’acheteur·euse de choisir. De quoi satisfaire l’enjeu premier du retail : faire revenir les client·es.

Plus de 70 marques partenaires et d’autres à venir. Surtout, taux de retour quasi inexistant (3 %). Thunderstone ne manque pas d’arguments. « Tout ne peut pas forcément être que physique ou que digital, on propose une expérience shopping d’avenir sur tous les tableaux », ajoute, sûr de lui, le patron. Pour les boutiques multimarques, le processus est simple : Thunderstone installe sa marketplace dans le magasin via une borne ou une tablette, et vient greffer son catalogue pour multiplier l’offre disponible. L’aventure ne fait que commencer. Cette fois, Arthur de Soultrait s’appuie sur son expérience. Avec Thunderstone, il a pris le pari d’une marketplace aux goûts du jour. Et est bien parti pour dynamiser et conquérir un marché du retail en pleine réinvention.

Adam Belghiti Alaoui

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.