ManoMano, la plateforme e-commerce du bricolage

Temps de lecture constaté 1’30

Qui ? ManoMano
Quoi ? Une plateforme de e-commerce de produits de bricolage, maison et jardin

Décidément, le club des licornes françaises n’en finit plus de s’épaissir en cette année 2021. Le dernier élu en date se nomme ManoMano, un site de vente en ligne de produits de bricolage. La start-up bordelaise vient de boucler une levée de fonds de près de 400 millions d’euros, et s’affirme déjà comme la première licorne française, avec une valorisation de 2,6 milliards d’euros.

En a peine huit ans d’existence, la jeune pousse ManoMano s’est imposée comme une place forte du bricolage et du commerce en ligne en France. Sa plateforme de e-commerce en BtoC et BtoB rassemble plus de 3 600 marchands et 50 millions de visiteur·ses uniques par mois. Si son développement est au beau fixe depuis ses débuts, la marketplace connait un succès fulgurant ces dernières années, en particulier depuis le début de la pandémie de la covid. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2020, ManoMano a enregistré un volume d’affaires d’1,2 milliard d’euros, soit près du double que celui de 2019. Cinq ans plus tôt, ce même volume d’affaires n’était que de 32 millions d’euros. Pendant que d’autres subissait la crise de plein fouet, ManoMano a vu son activité augmenter de 13 % en 2020, tous circuits de distribution confondus. Et les perspectives de développement sont encore importantes : le marché du bricolage est estimé à 400 milliards d’euros dans les cinq pays où la start-up est présente (France, Espagne, Italie, Allemagne, Royaume-Uni). Pour pérenniser son développement, ManoMano compte également sur son offre BtoB, lancée en 2018, et dont l’activité a bondi de 140 % en 2020.

725 millions de dollars levés depuis sa création

En 2020, déjà, ManoMano levait 125 millions d’euros. En ce début juillet 2021, la marketplace récidive, en levant cette fois quelque 355 millions de dollars (environ 300 millions d’euros). Un tour de table XXL qui doit servir aux ambitions européennes de ManoMano, notamment en Allemagne et au Royaume-Uni, deux marchés d’ampleur estimés respectivement à 82 milliards et 50 milliards d’euros. Avec cette opération, la start-up porte son total à 725 millions de dollars levés depuis sa création en 2013 par Philippe de Chanville et Christian Raisson.

La capitalisation de la marketplace, portée à 2,6 milliards d’euros, soit la plus importante parmi les licornes françaises, est à la hauteur de ses ambitieux. ManoMano revendique déjà 50 millions de visiteur·ses uniques par mois dans les pays où elle est implantée et 7 millions de client·es actif·ves. En revanche, ManoMano n’apparaît pas dans le top 15 des sites e-commerce les plus visités en France en 2020, établi par Médiamétrie et la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

Jusqu’à présent, les marchés étrangers pèsent 40 % des revenus générés par ManoMano, sachant que l’Espagne et l’Italie n’ont été lancés qu’en fin 2020. Pour le reste de l’année 2020, la nouvelle licorne va, donc, accélérer son développement en Allemagne et au Royaume-Uni. Et continue de compter sur la côté de notoriété qui ne cesse de grimper, notamment grâce à la publicité et à un bon référencement sur internet. Aujourd’hui, deux Français·es sur trois connaissent ManoMano.

ABA

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.