Focus entreprise > BeFC, des piles à biocarburants écologiques

 

Qui ? BeFC
Quoi ? Des piles fines et flexibles à base de papier, de glucose et d’enzyme, destinées à alimenter des vêtements connectés, des capteurs ou de l’électronique de santé.

Bien que toute jeune, la start-up grenobloise BeFC fait déjà parler d’elle et bouscule son monde dans le secteur de la clean tech et de l’alimentation énergétique. Dans un marché de l’Internet of things (IoT) en pleine croissance, BeFC et sa pile écologique et innovante à plus d’un titre multiplient déjà les titres et les reconnaissances internationales.

On le sait, les technologies de batteries et d’alimentation énergétiques sont au cœur de nos industries, de nos quotidiens et de nos besoins. Urgence climatique oblige, il faut désormais développer des sources d’énergies durables pour mettre un frein aux pollutions causés par nos piles actuelles. C’est ce à quoi s’attelle la start-up grenobloise BeFC. Elle développe un nouveau type de piles à biocarburants écologiques. Le défi paraît insensé : créer des piles à base de papier et d’enzyme. Il aura fallu plusieurs années de recherche à l’équipe de Bioenzymatic Fuel Cells pour réussir cet exploit. La solution énergétique durable et écoresponsable, baptisée « cellule bio enzymatique, est composée de plusieurs couches de papiers carbones et cellulose. Et la démarche séduit les investisseurs. Après une première levée de fonds de 3 millions d’euros en juin 2020, la jeune pousse iséroise a participé au CES virtuel de Las Vegas du 11 au 14 janvier, la Mecque de l’innovation technologique. La start-up a de plus été lauréate des CES 2021 Innovation Awards.

Alimentation pour petits appareils électroniques
Le long travail de recherche, notamment mené au sein de l’Institut polytechnique de Grenoble, a donc abouti à une série de brevets. Concrètement, la pile BeFC fonctionne grâce à deux réactions à base d’enzymes. Lesquelles mobilisent le glucose contenu par la pile et l’oxygène ambiant, pour créer un courant électrique. La technique se passe de métaux lourds pour concevoir des piles flexibles pour les multiples formats utilisés dans l’industrie. Pour l’heure, les piles affichent une faible capacité énergétique (entre 5 et 10 mWh par centimètre carré) et les enzymes ont une durée de vie d’un mois maximum. Le produit est donc idéal pour alimenter des petits appareils électroniques, les vêtements connectés ou encore de l’électronique de santé à usage unique.
Avec ses six brevets déposés, BeFC vise la production de 80 000 unités par jours d’ici à 2022. Et développe un produit révolutionnaire à plus d’un titre.

befc.fr

 

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.