Édouard Philippe président en 2027 ?

Temps de lecture 1’20

Toute autre issue traduirait une France en déséquilibre. C’est la ligne claire de celui qui gouvernait et qui veut présider… au bon moment.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Le livre paru hier – que je n’ai pas lu encore –, Impressions et lignes claires (JC Lattès), d’un certain Édouard Philippe, coécrit avec son inséparable conseiller-plume Gilles Boyer – L’Heure de vérité (Flammarion, 2007), Dans l’ombre (JC Lattès, 2011) –, 380 jours avant l’élection présidentielle, récit des années Matignon et réflexion sur la façon de gouverner, ne peut pas arriver par hasard : l’ancien premier Premier ministre d’Emmanuel Macron n’est pas homme à publier pour le plaisir. Un nouveau livre le réinstalle dans le paysage politique et lui offre une tournée de promotion – il est partout, et chose surprenante avec son coauteur – pour réancrer son filet de barbe à moitié blanchi sous le harnais.

Oui, bien sûr, on a compris, M. Loyal ne sera pas candidat contre celui qui l’a arraché du Havre pour lui forger un destin à Matignon. Mais trois années sur tous les fronts lui ont aiguisé un appétit qu’une mairie ne saurait satisfaire. En attendant, il faut bien continuer à revenir se faire une piqûre de rappel médiatique. Au fond, si les impressions et les lignes claires d’Édouard Philippe ne sont là que pour « faire vivre un débat », comme il le dit, où il est question de disserter sur la fonction de « présider » et celle de « gouverner », le livre ne sera pas inutile. Il campe le quinquagénaire dans le paysage, brosse le récit d’années d’action, d’erreurs et de réussites, que tout un chacun passé au pouvoir est légitime à raconter.

En revanche, si jamais, pour cause de covid aggravée, Emmanuel Macron venait à ne pas se présenter – ce qui est mine de rien une perspective tellement affligeante qu’il vaut mieux ne pas même en évoquer la possibilité –, son « je ne serai pas candidat sauf si peut-être Emmanuel Macron ne l’était pas » (ce qu’il ne « croit pas avoir dit ») justifie tout autant ce livre de rappels et de position dans une droite sans meneur.

Édouard Philippe président, en 2022 ou en 2027 ? C’est le sens de l’histoire : dans un pays où gauche et droite n’ont plus de sens, au… sens macronien, et semblent incapables de réinventer cette dichotomie illusoire, où les écologistes montrent toujours un peu plus – y compris dans leurs villes où ils·elles sont maires, de Marseille à Poitiers – qu’ils ne maîtrisent pas une logique de gouvernement, Édouard Philippe incarne la gouvernance compromis par excellence, avec un Gilles Boyer Premier ministre, le cas échéant.

C’est en tout cas l’impression qu’il veut donner… clairement.

Olivier Magnan

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.