Incivilités : les commerçant·es aussi

Temps de lecture constaté 1’20

De gros malotrus se comportent mal en magasin. Mais les comportements indécents se manifestent parfois derrière les comptoirs…

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Comment gérer les incivilités des clients ? Les « papiers » de ce style se multiplient. J’ai envie de renverser une fois la donne : comment gérer les abus des commerçants ?

Oh oui, certes, on connaît le schéma : un client qui ne veut pas porter de masque, un client qui touche à tout sans se « gélifier » les mains, un client « en trop » qui ne veut pas ressortir de la boutique… Quels maudits chalands, comme diraient les Québécois…

Mais rien n’est jamais à sens unique.

On l’a tous·tes observé : nous ne sommes plus, nous autres client·es soudain suspect·es, tellement rois et reines chez les vendeurs de tout poil.

Pire : à force de devoir se plier à toutes les arrogances des acheteurs « en temps normal », certain·es boutiquiers (ouf, une minorité) semblent souvent prendre leur revanche. Un tas de psys pourraient se pencher sur le phénomène. Il n’est du reste pas compliqué à analyser : donnez une once de pouvoir à des gens qui font profession de « servir », et ils·elles y prennent goût.

Pensez ! Ordonner à un client de sortir, quelle jubilation pour des pros qui s’obligent d’ordinaire à laisser entrer. Soumettre aux protocoles l’emmerdeur·euse qui vous fait d’ordinaire vider vos rayons à la recherche d’un article qu’il·elle n’achètera pas, jouissance. S’offrir le luxe de faire attendre l’éternel·le pressé·e, et dehors dans le froid, encore meilleur !

J’entends d’ici les cris d’orfraie des lecteur·rices commerçant·es : pas du tout, jamais de la vie, qu’allez-vous sous-entendre, nous sommes trop content·es de pouvoir ouvrir boutique, c’est toujours le client qui ne sait pas se comporter…

Allons, soyez honnêtes avec vous-même : n’avez-vous jamais obligé un·e quidam à se repasser pour la nième fois les mains au gel quand bien même aurait·il·elle les mains dans les poches, gantées, en train de vous dire qu’il·elle en a la peau irritée ? Protocole ! Avez-vous résisté à la tentation de faire ressortir le petit jeune à casquette à l’envers histoire de lui apprendre la vie ? N’en avez-vous jamais profité pour mettre au pas, aussi inconsciemment soit-il, cette chalandise qui d’ordinaire entrait chez vous comme en territoire conquis ?

Au nom du client formaté 8 m2, combien de fois avez-vous qualifié d’irrespectueuse et d’incivile (une façon gentille de penser « gros connard ») la personne remise à sa place qui exprime, même modérément, son mécontentement ? (« J’y peux rien, c’est le protocole ! »).

Respecter un protocole est une chose. S’en draper pour se donner un pouvoir illusoire est une stupidité. Des formations désormais cartonnent pour (ré)apprendre à accueillir un client. Le bon sens et la contenance pourraient suffire aux commerçant·es éclairé·es (la majorité ?) à ne pas susciter la frustration chez ceux et celles qui, tout protocole levé, se souviendront des boutiques revêches…

Olivier Magnan

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.