Regardons-nous

Temps de lecture constaté 1’15

Plus que jamais, soutenons-nous. Le regard direct est une fierté nationale.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Le ciel nous tombe sur la tête… La vieille peur gauloise se réalise. Confinement dur et attaques terroristes. Cette fois, une guerre des religions qui ne dit pas son nom porte le couteau assassin dans la basilique de Nice : les islamistes idéologiques, l’islamo-fascisme comme le martèle le maire niçois de droite dure Estrosi (traduisez, des déments aveuglés) violent un sacro-saint catholique dans la République laïque. L’escalade au fanatisme s’en prend directement aux croyants de l’« autre » religion, après l’attaque devant l’ancienne adresse de Charlie-Hebdo et le poignard porté dans la gorge d’un enseignant : presse libre, enseignement laïque, religion. Désormais, c’est au couteau égorgeur d’un autre temps que ces barbares arriérés tuent, face aux armes impuissantes d’une police par la force des choses incapable d’anticiper quoi que ce soit en pareil cas.

L’autre coup de poignard est ce confinement soudain rendu indispensable.

Liberté menacée : avec des médias à nouveau sous tension, l’information libre risque de s’appauvrir. Avec les spectacles vivants rendus muets, le cinéma sans public, l’intelligence même de la République est touchée.

Égalité tordue : cette fois, les milliards publics ne pourront pas maintenir longtemps sous perfusion des milliers de commerces sans moyens face aux géants de la distribution réputés « essentiels » et au e-commerce. Et désormais, le représentant des entrepreneur·ses, Geoffroy Roux de Bézieux, n’est pas prêt à entendre les arguments du confinement dur : les entreprises ne sont pas des créatrices de valeur « suspensives ».

Fraternité mise à mal : les secours aux plus démunis vont avoir besoin plus que jamais de récolter tout ce que pourrons donner des Français·es sous éteignoir. Nous devons absolument nous préoccuper de nos voisins en danger. De nos parents âgés. Solidarité.

Il faut scander la devise républicaine et la faire vivre en lui ajoutant plus que jamais sa valeur clé, la laïcité.

Aujourd’hui, si la France subit la flambée de pandémie comme le reste du monde, comme le rappelle tant et plus Emmanuel Macron sous forme d’argument absolutoire, elle souffre plus que partout ailleurs de la haine meurtrière.

Il ne faut pas ajouter notre propre haine radicale revancharde à cette crise aiguë. Sauvegardons nos entreprises par un télétravail efficace. Relevons ces défis de la fureur, chacun à notre mesure. Et malgré le masque, croisons le regard des autres. Regardons-nous.

Olivier Magnan

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.