Temps de lecture constaté 1’15

Elle aura lieu en ligne le mardi 13 octobre – demain.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Résilience : capacité de résistance au choc d’un… métal. Le mot a fait florès en psychologie, à partir des années 1960 avec le Britannique John Bowlby, puis, bien sûr, notre Boris Cyrulnik national et Michel Manciaux ou Stanislas Tomkiewicz : « La résilience est la capacité à vivre, à réussir, à se développer en dépit de l’adversité ». Une adversité qui prend l’allure parfois d’un traumatisme : une personne sur deux, selon Cyrulnik, subit un traumatisme au cours de sa vie, inceste, viol, perte précoce d’un être cher, maladie grave, guerre. On est là dans l’extrême. L’épidémie mondiale au coronavirus comporte son lot de morts et de maladies graves. Un entrepreneur qui se bat pour sauver sa boîte ou, pire, qui la perd, subit incontestablement un traumatisme. Ou pas.

« Ce peut être plutôt une épreuve », tempère Flora Bernard, sociologue philosophe créatrice de Thaé qui participera, en visioconférence, au débat que j’anime le 13 octobre, demain, dans le cadre de la conférence plénière du Salon SME. Un salon qui, du jour au lendemain, a subi le traumatisme de sa virtualisation ! Aussitôt, son patron, Alain Bosetti, a décidé que visiteur·euses, exposants et conférences seraient bien « présent·es » en ligne. Belle résilience instantanée dont nous allons vous parler pendant une heure, de 10 heures 30 à 11 heures 30 : Mais comment font les entrepreneurs les plus résilients ? Tout se joue-t-il au mental ?

Sur le plateau virtuel, je passerai « les paroles » à cinq entrepreneur·euses plongé·es chacun·e à sa manière dans la résilience. La leur, car ils et elles ont chacun·e dû affronter, comme tout patron·ne, le choc de la crise sanitaire, mais en outre celle de leurs « clients » : ils·elles sont tous à leur manière des « pros » de la résilience, ils·elles « vendent » leur façon de rebondir, de se reconstituer ou de s’AIMEr, à la manière de Mathilde Lacombe, cocréatrice d’Aime, compléments alimentaires pour se soigner « de l’intérieur ». Avec Edgar Grospiron, le champion olympique qui a connu la chute au sens propre et explique désormais comment l’on s’en relève, Marc Boré, patron de Rent A Car qui parraine cette matinée et Alex Wagner, fondateur du salon 2 000 emplois-2 000 sourires et adepte de l’intelligence situationnelle, nous allons explorer cette « affaire de mental » qui transcende les crises.

On compte sur vous.

Olivier Magnan

Pour nous rejoindre

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.