EcoRéseau Business n°28

Cultivez l’optimisme

Le temps d’une soirée animée les journaleux d’EcoRéseau Business, dans une salle enfumée dont les murs sont recouverts de calendriers multicolores – on peut être féru d’innovation et manquer de goût décoratif – ont vécu un moment de grâce, durant lequel le vieux pendule, le réveil olfactif inventé par Guillaume Rolland ou la SmartWatch se sont arrêtés. Pour la première fois, le journal remettant ses trophées Electron Libre et Culture du Rebond le 18 mars à l’ouverture du Printemps de l’Optimisme, il a en effet fallu se replonger dans les trois dernières années d’interviews, portraits et enquêtes décrivant des personnages atypiques qui bougent les lignes ou se servent de leurs échecs pour briller par la suite. Les noms et parcours de vie ont fusé. Sarah Ourahmoune, boxeuse championne du monde qui a créé Boxing & Company pour animer des séminaires de team building, Julien Cohen, fondateur d’une dizaine d’entreprises dont celle de coursiers ATV, David Vissière, désigné par le MIT comme l’un des dix jeunes Français les plus innovants, parti pour être pilote de chasse et qui a finalement fondé Sysnav, société prometteuse de géolocalisation… et tant d’autres. Une sorte de plongée dans un vieux grimoire, si ce n’est qu’il n’est pas si ancien. Dans le cliché populaire les Français ne se déplacent jamais sans leur béret et leur baguette sous le bras, possèdent tous un bas de laine dans lequel ils thésaurisent et ont tous envie d’écrire un livre. On sait désormais que chacun a, quelque part enfoui au fond de lui, une envie de créer une boîte. Et pourtant c’est précisément cette part d’entrain et d’optimisme que ne vont pas chercher les médias, préférant actuellement éclairer les farceurs falots de la FIFA qui ont fait fi de toutes les règles et qui dé-Blatter de leurs déconvenues, aux indicateurs Macronéconomiques qui ont longtemps senti le Sapin, à la charge au vitriol de la Maire amère de Lille sur ses amis – qui n’ont plus besoin d’ennemis –, ou au débat Primaires, qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Les bonnes nouvelles ne viennent qu’à la fin du menu, de manière fugace et décevante, se réduisant au sport, à un geste Zlatanesque ou un titre de champion du monde décroché par un Français dans une discipline oubliée de ski à roulettes sur gazon. Certains se complaisent dans le marigot saumâtre des pseudo-mauvaises nouvelles, se détournant de la mer de belles personnalités et opportunités qui les entourent. En matière d’emploi, on parle plus volontiers du chômage persistant et des lapsus de la ministre du Travail Myriam El Khomri. Peu de commentaires sur Paul Duan, ce génie du Big data à qui Pôle Emploi a ouvert ses bases de données pour créer une appli guidant le chômeur (cf. Baromètre optimisme), sur Mathieu Nebra, qui a créé le Site du Zéro à 13 ans, devenu OpenClassrooms, proposant des MOOCs gratuits aux chômeurs suite à un accord passé avec Pôle emploi, ou encore sur Stéphanie Delestre, cette « chômeurs Angel » qui a créé Qapa, outil de matching axant ses critères sur les compétences et non les métiers des candidats. Certains seront nominés pour les Trophées Optimistes d’EcoRéseau Business. Car dès qu’il y a un problème, comme pour les applications d’Apple, « il y a un entrepreneur pour ça », des business models en chantier et enchantés, et des motifs d’espoir…

Jean-Baptiste Leprince
Fondateur & directeur de la publication

Julien Tarby
Rédacteur en chef

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici