EcoRéseau Business n°25

Haro sur le VUCA

Mais que se passe-t-il au mois de novembre ? Rien. Grisaille, attente désespérée de la neige et des fêtes sous des cadavres de feuilles qui voltigent dans l’air froid, brumeux et pluvieux. Une petite fête quand même ? Ah oui… celle des morts ! Et l’arrivée du Beaujolais Nouveau au troisième jeudi du mois n’est qu’une maigre consolation. Et pourtant nul besoin d’être un indéfectible abonné à la méthode Coué, au sourire Colgate et à l’optimisme de façade en toute circonstance  – qui finit d’ailleurs par horripiler les collègues devant la machine à café le lundi matin  – pour trouver des raisons de satisfaction. Certes tout va à vau-l’eau ma bonne dame, le monde est plus malaisé à appréhender qu’hier, les algorithmes dictent de plus en plus nos vies (cf. Grand Angle), nos innovations viennent bien souvent en droite ligne des pays émergents (cf. A la Une). Nous envoyons à tour de bras des minisatellites autour de cette bonne vieille Terre d’après notre Décryptage, nous payons par des solutions biométriques, par nos téléphones et même parfois avec des monnaies virtuelles d’après notre Haute Résolution. Les Américains, toujours prompts à dégainer des acronymes, parlent du VUCA pour volatility, uncertainty, complexity et ambiguity. Mais à y regarder de plus près, vitesse et technologie, qui concernent aussi les personnes âgées avec la mise en place de la silver economy analysée en Hexagone et les prémisses de la révolution e-santé expliqués par Jean Michel Billaut en Regard Digital, résolvent un certain nombre de problématiques, apportant leurs lots de progrès et de projets. Ce n’est pas notre électron libre du mois, Alexandre Jost, fondateur du think tank sur le bonheur citoyen La Fabrique Spinoza, qui va nous contredire. Ni d’ailleurs Christophe Chevalier, président du groupe Archer qui fédère les chefs d’entreprise et acteurs institutionnels pour sauver son territoire de Romans-sur-Isère décrit dans le papier En Immersion. Le monde est toujours plus connecté, les rapprochements, contacts, déplacements toujours plus nombreux, et une infinité d’opportunités business et initiatives citoyennes en émergent. Que ceux qui sont d’accord achètent ce numéro d’EcoRéseau et enfourchent leur vélo, trottinette ou mono-roue électrique, ces nouveaux déplacements urbains alternatifs décrits en Air du temps…

Jean-Baptiste Leprince
Fondateur & directeur de la publication

Julien Tarby
Rédacteur en chef

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici