EcoRéseau Business n°23

Rentrée digitale

Difficile retour à la réalité, comme d’habitude… Les vacances s’éloignent, il faut se replonger dans le quotidien professionnel. Il est alors très courant de rencontrer, au détour de la machine à café où évidemment tout le monde se rend avec parcimonie, un adepte du « tout plaquer et ouvrir une maison d’hôte dans le Lubéron », qui ne passera jamais le pas. Certains ne supportent ce come back qu’en s’inventant une transgression virtuelle parce qu’ils n’ont pas l’âme d’aventuriers intrépides comme l’entrepreneur Mohed Altrad parti de rien en Syrie (cf. électron libre). Mais il est un monde qu’ils côtoient au quotidien et qui pourrait leur apporter leur dose de bouleversements s’ils s’y intéressaient plus : le numérique. « Ici tout est à l’envers. Le plus agile mange le plus gros, les capitalisations surpassent en un rien de temps celles des plus anciennes sociétés industrielles, les jeunes apprennent aux vieux, les erreurs sont appréciées, on va chercher les sciences molles comme dures, on contourne la réglementation à l’exemple d’Uber ou Airbnb », décrivait Murielle Barnéoud, P-Dg de Docapost, lors d’une conférence sur le rôle de l’entreprise dans la société organisée par la fondation Croissance Responsable et l’Observatoire des Think Tanks. Les repères de l’ancienne société n’ont plus cours dans le digital, et c’est ce qui le rend si déroutant et attractif. EcoRéseau le prouve encore une fois en s’intéressant à l’évolution de l’école, du e-commerce, des jeux vidéo par la saga Ubisoft, du tourisme d’affaires à l’aune du numérique. La monétisation des data analysée dans la page Haute Résolution, ou les nouvelles prérogatives des community managers décortiquées dans l’article décryptage sont autant de nouveaux métiers en perspective. Oui le numérique change la donne pour les entreprises comme pour les individus, dans leur vie de tous les jours. Nouveaux outils, mais aussi nouvelles manières d’appréhender le monde et de le hiérarchiser. Ce n’est pas Antoine Brachet, fondateur du mouvement citoyen « Les 100 Barbares » interviewé dans le papier Regard Digital, qui dira le contraire. Et à nouveau monde, nouvelles opportunités, que nous comptons bien débusquer dans ce journal. Bonne rentrée !

Jean-Baptiste Leprince
Fondateur & directeur de la publication

Julien Tarby
Rédacteur en chef

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici