Au passage, quelques banques augmentent les taux de crédit immobilier…

À l’encontre des prévisions des spécialistes et des courtiers !

Une quinzaine de banques, essentiellement régionales, viennent de remonter leurs taux de crédit immobilier et pas d’un pouillème de taux, dans un contexte d’immobilisme.

Sandrine Allonier, directrice de la communication du courtier Vousfinancer, estimait le 4 mars dans Les Échos, que « le coronavirus va favoriser la baisse des taux ». Elle constate aujourd’hui l’augmentation tendancielle de certaines enseignes. Couplée à leur réticence à accorder de tels crédits. L’obtention demeure possible… « avec beaucoup de patience ». Vousfinancer n’était pas le seul à pronostiquer le maintien de taux bas. Mieux vivre, le 3 mars, titrait de même : « Le coronavirus devrait permettre aux taux de rester bas. » C’était sans compter sur l’envie pressante des banques de reconstituer leurs marges.
La priorité reste bien de faire aboutir les dossiers en cours, sur fond de fuite des emprunteurs. Les demandes de crédit ont reculé de 72 % au fil des trois semaines de confinement, par rapport à 2019, selonVousfinancer.

Dans un contexte de concurrence très faible
Rien d’étonnant du reste à une telle augmentation si l’on se souvient que dès janvier 2020, La banque de France demandait aux banques d’augmenter les taux de crédit immobilier. Dans le même temps, hors l’immobilier, « les banques pourraient aussi voir leur coût du risque augmenter si les entreprises à qui elles ont accordé des crédits ne peuvent pas faire face à leurs échéances. Par ailleurs, dans un contexte de ralentissement économique, les projets d’investissement, de financement ou encore de fusion et acquisition, auxquels participent les banques, se feront plus rares », lit-on dans La Tribune du 3 mars. D’où l’anticipation « hasardeuse » de lendemains difficiles.

Les banques « augmentatives » ont remonté leurs taux de 0,05 à 0,70 % (record de l’une des enseignes, pour un dossier tendu). Les hausses constatées tournent autour de 0,15 à 0,25 %, à comparer au taux d’emprunt d’État à 10 ans à 0 %. « Les banques anticipent une hausse des conditions de refinancement dans les mois à venir et souhaitent reconstituer leurs marges à un moment où la concurrence chute puisque les banquiers acceptent beaucoup moins de demandes », analyse Sandrine Allonier.

Si les remontées ont été décidées essentiellement par des banques régionales, une enseigne nationale propose sur 20 ans des taux de 1,35 % à 2,35 % en fonction des revenus (contre de 0,85 à 1,65 % en mars). « Les taux moyens sont actuellement de 1,20 % sur 15 ans, 1,40 % sur 20 ans et 1,60 % sur 25 ans, en hausse de 0,05 point quand les taux d’usure viennent de baisser à 2,51 % », relève Vousfinancer.

Si les banques ne réajustent pas les taux au moment de la reprise, le marché – et les acheteurs – risquent d’affronter des temps difficiles.

Durée du confinement et reconstitution des revenus
Lesdits acheteurs ont mis à l’évidence leur projet d’achat sur pause, même si les courtiers, entre autres, restent actifs par téléphone, mail ou visioconférence, d’autant plus qu’un décret autorise les signatures d’acte à distance. Les emprunteurs trouveront-ils des taux élevés quand ils reviendront dans les banques ? « Tout dépendra de la durée du confinement », écrit Sandrine Allonier. Si elle s’allonge, « elle pourrait inciter les prêteurs à maintenir des taux bas pour relancer la machine et rattraper le retard ». Mais en tout état de cause, les salarié/es qui auront subi une baisse de revenus, les indépendants et artisans commerçants, attendront sans doute de restaurer leurs revenus. Si les taux confirment leur hausse, la reprise en sera d’autant plus faible.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.