Temps de lecture constaté 0,30’

Le gouvernement facilite le recours aux échanges de main-d’œuvre.

Tous les moyens sont bons pour résoudre les manques de trésorerie. Après le premier déconfinement, le gouvernement a simplifié le recours au prêt de main-d’œuvre entre entreprises. Effet attendu : le·la chef·fe d’entreprise va préserver l’emploi et la rémunération du salarié, et les entreprises vont s’adapter aux aléas de la vie. Pour éviter les licenciements, les patrons volontaires vont détacher ponctuellement leurs salarié·es dans une autre entreprise. Le salaire est entièrement versé par l’employeur d’origine qui facture la mise à disposition à l’entreprise d’accueil. L’entreprise « prêteuse » réduit ses charges de personnel et garde ses compétences. Pour l’entreprise qui accueille, le coût est moindre que l’intérim ou un CDD, tandis que le salarié sécurise son emploi. Du point de vue du contrat de travail et de la feuille de salaire, l’opération est transparente. En théorie, la solution est idéale. Pourtant, peu d’entreprises ont recours au dispositif. MB

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.