Temps moyen de lecture constaté 2’40

Conseils de Bénédicte Caron, vice-présidente de la CPME en charge des Affaires économiques.

Le 12 novembre, au micro de l’animateur de BFM Business Philippe Bloch, Bénédicte Caron, vice-présidente de la CPME en charge des Affaires économiques. Au programme, un sujet délicat : comment optimiser sa trésorerie en pleine crise covid ?

Que l’on soit contraint·e par la loi de stopper son activité ou au contraire autorisé·e à la poursuivre, l’annonce du second confinement s’est révélée une source d’angoisse importante pour de nombreux chef·fes d’entreprise. Un premier sondage réalisé par la CPME en avril 2020 révèle que 66 % des entrepreneur·es ont sollicité leur banque pour les accompagner pendant cette crise. 57 % ont bénéficié d’un report d’échéances sociales, 35 % d’un report des échéances fiscales, 48 % d’un Prêt garanti par l’État. Selon les statistiques réalisées fin août 2020, on estime à 560 000 le nombre d’entreprises bénéficiaires d’un PGE.

Préparer un rendez-vous avec son banquier
Le second conseil pourrait se formuler ainsi : faites de votre banquier votre allié. Prenez rendez-vous avec lui, mais quand vous savez où vous allez, et à ce moment seulement. « Il ne faut absolument pas couper les ponts avec son banquier ! », prévient Bénédicte Caron, vice-présidente de la CPME en charge des Affaires économiques. « Avant d’aller le·la voir, il faut avoir préparé son dossier. » Faites un point sur votre trésorerie, établissez un plan de tréso. Planifiez les entrées et les sorties de cash, listez les aides auxquelles vous pouvez prétendre, identifiez les périodes où vous risquez de manquer de trésorerie. « Il faut surtout donner l’impression que l’on maîtrise sa trésorerie ! » conseille Bénédicte. Enfin, pour qu’une relation de confiance s’établisse, il est important de ne rien cacher de la situation. « Si vous dites que vous allez rencontrer des difficultés à telles dates et pour telles raisons, vous avez déjà résolu 50 % du problème. »

Demander la totalité du PGE
Éric Chevée est entrepreneur et vice-président de la CPME en charge des Affaires sociales. Il a lui-même sollicité un PGE partiel pour son commerce et rappelle aux chefs de TPE PME qu’ils ont toujours la possibilité de demander ce PGE estimé à 25 % de leur CA 2019. S’ils ont déjà bénéficié d’une somme inférieure à ce seuil, ils ont toujours la possibilité d’en demander la totalité.

Actionner les leviers propres à chaque activité
Pour trouver des solutions aux manques de trésorerie, Bénédicte Caron incite les entrepreneurs à revenir à des choses simples. « Le recours au leasing ou crédit-bail pour financer du matériel jusque-là autofinancé peut redonner du souffle. »

L’affacturage possible avec un bon de commande
Enfin, l’affacturage reste une solution de financement de la trésorerie d’une entreprise. Bien qu’onéreuse, elle reste un recours efficace. Le chef d’entreprise vend sa facture à sa banque ou à un organisme spécialisé. Pour parer aux défaillances d’entreprises, les banques acceptent désormais de financer des bons de commande.

Se faire accompagner
Rien n’est pire pour un·e entrepreneur·e que se sentir seul·e à porter des soucis d’argent que l’on pense insolubles. « Face aux difficultés, il ne faut pas oublier de se faire accompagner », suggère Bénédicte Caron. « La médiation du crédit est un organisme d’État géré avec Bpifrance qui se charge de résoudre un obstacle bancaire avec un tiers, sans qu’il y ait de conflit. Les solutions sont là. » De nombreuses autres mesures d’aide sont encore à l’étude. Une veille efficace de l’actualité économique donne les moyens de bénéficier d’autres mesures d’aide. MB

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.