Temps de lecture constaté 3’

Le courrier de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l’enfant (FCJPE).

Les appels des associations/fédérations de commerçants au politique se multiplient en une forme de chant du cygne. Il nous paraît légitime de les relayer et de faire connaître ces entités parfois peu connues du public. Les arguments plaident souvent pour une réouverture provisoire avant Noël.

Le courrier de la Fédération des commerces spécialistes des jouets et des produits de l’enfant (FCJPE)

Monsieur le Premier ministre,

Alors que notre pays va devoir consentir un effort prolongé dans les semaines à venir, que le télétravail, la limitation des déplacements, l’interdiction des regroupements dans la sphère privée vont rester la règle, nos commerces entendent pleinement participer à l’effort collectif, tout en assurant leur mission : apporter un peu de bien-être à toutes les familles actuellement confinées.

Nous attirons donc votre attention sur le risque sanitaire d’une réouverture de tous les commerces début décembre, avec un flux potentiel massif qui pourrait compromettre l’objectif sanitaire auquel nous sommes tous attachés.

Rouvrir au plus tôt est la meilleure stratégie sanitaire…
En ouvrant dès vendredi, nous permettrons à nos clients de faire leurs achats en évitant les afflux de fin d’année, garantissant ainsi toujours plus de sécurité. Ainsi, nous éviterons de doubler la fréquentation entre le 1er et le 24 décembre, qui serait la conséquence directe d’une fermeture prolongée en novembre.

Nous avons mis en place des protocoles sanitaires qui garantissent une sécurité optimale
Nos magasins ont travaillé sans relâche pour préparer leur réouverture, en offrant à nos clients un cadre sanitaire renforcé.

En premier lieu, nous avons adapté nos circulations pour réduire la jauge à une personne pour 8 m2.

Nous sommes prêts à promouvoir de nouveaux réflexes, et notamment celui de faire ses courses seuls, et d’installer l’application #TousAntiCovid, ce qui contribuera à diminuer les déplacements et les contacts.

Nous avons également adapté nos organisations pour augmenter les amplitudes horaires, ouvrir les dimanches, afin de lisser les pics d’affluence, que les fermetures ont provoqués à leur annonce et qui se reproduiront à leur fin.

Nous dotons nos magasins d’outils performants pour assurer le meilleur respect de ces règles
Nous déployons en ce moment des outils de prise de rendez-vous pour lisser les flux et inciter les clients à venir dans les heures les moins fréquentées.

Nous sommes prêts à mettre en place ces mesures, pourquoi attendre ?

Notre survie en dépend…
Notre secteur réalise 60 % de ses ventes sur cette période de l’année… et l’ensemble de nos magasins indépendants, adhérents de coopératives, de réseaux de franchise, ou enseignes intégrées ainsi que tout le secteur du jouet se trouvent en grande difficulté.

Le fonds de solidarité ne pourra pas compenser le manque à gagner et le 1,2 milliard de stock acheté. Le secteur du jouet va sortir sinistré économiquement et socialement de cette fermeture.

Il est important de comprendre que le numérique n’aura pas les capacités suffisantes pour satisfaire tous les enfants à Noël, ainsi la déception sera grande au pied du sapin.

Chaque jour de fermeture supplémentaire aggrave la situation économique de nos petites et moyennes entreprises et concentrera les achats nécessaires sur une période plus courte au détriment de notre objectif commun d’éviter le brassage et la densité des flux de clients.

Alors, Monsieur le Premier ministre, ne ratons pas Noël… Ensemble, rouvrons les magasins de jouets dès le 13 novembre.

La FCJPE est coprésidée par Philippe Gueydon, dirigeant de l’enseigne King Jouet, et Romain Mulliez, dirigeant de l’enseigne PicWicToys.
Elle représente tous les commerçants de jouets en France, indépendants ou sous enseignes telles que JouéClub, King Jouet, La Grande Récré, PicWicToys, Sajou, Micromania, Oxybul, Disney Store Maxitoys ou encore Orchestra.
La FCJPE en quelques chiffres : plus de 400 entreprises adhérentes (à 98 % françaises), plus de 2 000 magasins répartis sur l’ensemble du territoire, 40 % de parts de marché français, 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.