En direct de Chine, une géopolitique du vaccin

Temps de lecture constaté 3’40 hors examen des graphes

L’analyse pénétrante du médecin français Guillaume Zagury, en Chine depuis 20 ans.

Nous publions régulièrement les analyses et les courbes de ce médecin et de son équipe en alerte depuis les tout débuts de la pandémie, aux portes de Wuhan.

1er instantané de la vaccination dans le monde, ce tableau éclairant où tout est synthétisé, le calendrier de vaccination, la population globale, les objectifs d’immunité, le nombre des vaccinés : quel que soit son discours, le gouvernement français semble avoir été incapable d’entrer vite dans le vif de sa force d’injection, sous réserve de sa capacité à rattraper son retard.

Le commentaire du Dr Zagury

Force est de reconnaître qu’actuellement la Chine n’a pas bonne presse en Occident, et ceci de façon justifiée : sous-déclaration de la mortalité du Hubei, aide humanitaro-commerciale et diplomatie arrogante, droits des minorités bafoués…

Néanmoins, essayons de dépassionner le débat, de rester objectif et surtout réalistes : le monde a besoin de la Chine et de ses capacités de production de vaccins !

Vaccins chinois : la Chine va-t-elle passer à côté d’une chance historique ?
4 éléments récents permettent de s’interroger :

  • Pour le vaccin Sinopharme (société d’État) : savoir lire entre les lignes
    – non-livraison à l’heure actuelle du Maroc (pays stratégique pour la Chine et vitrine pour le vaccin chinois), qui s’avère prêt en termes de logistique et d’organisation depuis le 18 décembre !
    – démission des numéros 1 (Li Zhi Ming) et 2 (Li Hui) le 14 janvier !
    – absence de publications internationales contrairement à ce qui se passait jusqu’alors (ce qui était auparavant imputé au fait d’essais multicentriques hors Chine !)
  • Pour le vaccin Sinovac : l’annonce par certains pays (Brésil : 50 %, Indonésie : 65 %…) de chiffres d’efficacité moindres que ceux déclarés préalablement en phase intermédiaire  (91 %, Turquie).

• Sur le terrain en Chine, une campagne vaccinale de masse est en cours sur 9 groupes prioritaires (personnels de santé, aéroports, chaîne du froid, zones à risque…), avec l’objectif de vacciner 50 millions d’individus avant le Nouvel An chinois (8 février).

• L’image de la Chine est en jeu, tant sur le plan national qu’international : 10 ans pour se créer une réputation technologique, 10 heures pour la perdre… ?

France : stratégie du coq ou de la tortue ?
Quel benchmark ?

Les Anglais (Canadiens, Danois…) présentent une stratégie temps (le plus vite)/volume (le plus grand nombre) décidément différente de la nôtre (et des Américains) : ces pays formulent le pari du retard dans l’injection de la seconde dose à plus de 8 semaines (alors que dans notre cas nous n’irons pas au-delà de 6 semaines). Ce choix a de quoi également s’expliquer par le variant covid plus contagieux outre-Manche (+ /- 50 % de plus) et qu’ils disposent d’un producteur de vaccin (Astra Zeneca).

En France, la rigidité administrative (due sans doute à un excès d’organismes et de commissions…) risque de conduire à la paralysie de l’action, alors que nous le répétons depuis le début : pour la covid, la lenteur est condamnée : time is life !

Notons que compte tenu de la pénurie actuelle de vaccins (néanmoins développés en 8 mois au lieu de 8 ans habituellement !), chaque pays met en place sa propre stratégie de priorisation et toutes sont acceptables (exemple : vacciner une dame âgée de 80 ans en bonne santé ou privilégier un homme de 50 ans en chimiothérapie). L’important est que l’on se montre « offensif », et que l’on vaccine le maximum de cibles dans un minimum de temps.

Grâce à l’information internationale à portée de clic, ce « bogue » français est heureusement vite en voie de rattrapage (actuellement 500 k doses par semaine à ventiler sur le territoire).

Nous avons encore à apprendre de l’étranger. Il s’agit d’analyser les stratégies et les objectifs de chaque pays, en fonction de la taille (et de sa population à risque), de la pression épidémiologique (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne), de leur possibilité de produire des vaccins (Royaume-Uni), de l’aspect coût/bénéfice (Israël), de l’aspect éthique (Europe qui ne veut pas monopoliser les vaccins au détriment des pays en voie de développement).

Objectifs dans le temps : à flux tendus
Au pays de Descartes et de Pasteur, l’objectif est clair : privilégier les 20 % de la population à risque (12 millions, caractérisée par l’âge et la comorbidité), + /- 2 millions exposés (professionnels de santé) et en particulier les 5 millions de plus de 75 ans.

Si la stratégie de hiérarchisation se tient, l’important est d’aller aussi vite que possible par l’élan de la logistique.

Les deux freins initiaux, causes de retards spécifiques à la France :
> la logistique : acheminement de vaccins ARN Pfizer (avec obligation de disposer de réfrigérateurs à – 80°) avant la distribution aux Ehpad, avec non-distribution en parallèle sur les autres populations à risque (à partir des hôpitaux).
> le sociologique : la signature de plusieurs pages de consentement avec un délai de rétraction de 5 jours constitue une exception hexagonale malheureuse dans le monde, à l’heure où chaque jour nous avançons vers une potentielle V3 et qu’environ 300 décès jour sont à déplorer !

Notons également les objectifs plus ambitieux de nos amis Anglais (14 millions de cibles pour la mi-février), Allemands (8,5 millions fin mars) et Italiens (21,5 millions fin mai).

Toutes choses en évolution au fur et à mesure de l’élargissement des capacités de production, des commandes Astra Zeneca à venir…

À terme, l’application Mobility free
Les innovations technologiques covid sont surtout venues d’Asie Pacifique. Si l’on voit ce qui se passe actuellement ici, deux éléments sont à souligner que rejette jusqu’à présent la France (« passeport vaccinal ») :
• L’application validée par l’État qui démontre votre statut covid (cas de Singapour) : statut vaccinal, tests (PCR avec laboratoires autorisés…
• Les déplacements et les vols autorisés pour les seules personnes vaccinées (cas de la compagnie australienne Quantas)

D’autres graphes éclairants établis par l’équipe du Dr Zagury

Charges du système de santé français

Analyse des situations d’exposition à la covid

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.