Temps de lecture constaté 3’

Les commerces dits « non essentiels » pourront rouvrir dès le 28 novembre. Déconfinement possible le 15 décembre qui laissera place à un… couvre-feu !

Un déconfinement piano-piano. Un confinement allégé si vous préférez. Dans une allocution aux airs de rituel, le Président de la République Emmanuel Macron s’est adressé aux Français·es mardi 24 novembre depuis l’Élysée sur les étapes du déconfinement. Un calendrier en trois étapes, dont un potentiel déconfinement le 15 décembre. Mais dès le samedi 28 novembre, les commerces jusque-là dits « non essentiels » pourront rouvrir leurs portes à condition de respecter des règles sanitaires strictes. Il faudra encore patienter pour les restaurants, bars, salles de sport, etc. Le récap’ des annonces.

« Le pic de la deuxième vague est passé », « vos efforts ont payé », dixit Emmanuel Macron. Déconfinement alors ? Presque. Les Français·es devront encore se munir d’une attestation de sortie pour justifier leurs déplacements. Des déplacements un peu moins contraignants, la règle d’une heure et un kilomètre pour s’aérer autour de son domicile a volé en éclats : trois heures et jusqu’à vingt kilomètres, et dès le samedi 28 novembre. L’attente portait aussi – et surtout – sur la réouverture des commerces « non essentiels », ce sera chose faite, mais jusqu’à 21 h (mais peut-être le dimanche…) ! À l’instar des librairies et des disquaires. Les salons de coiffure pourront également rouvrir. Bien sûr, dans le respect des gestes barrières et de conditions sanitaires « strictes ». Les offices religieux seront permis « dans la stricte limite » de 30 personnes. En revanche, il faudra continuer à télétravailler quand c’est possible et continuer à renoncer aux réunions privées.

Un couvre-feu à partir du 15 décembre
Ensuite, si la situation sanitaire le permet – comprenez pas plus de 5 000 nouvelles contaminations par jour et entre 2 500 et 3 000 cas en réanimation – alors nous pourrons procéder au déconfinement le 15 décembre. Qui laissera place à un couvre-feu national de 21 h à 7 h. Un petit geste sera toléré les soirs du 24 et 31 décembre. Passer Noël en famille serait donc possible, mais encore une fois ces fêtes de fin d’année édition 2020 n’auront rien de « normales », le Président de la République l’a rappelé : « Évitons d’être trop nombreux·ses à table ».

Bonne nouvelle pour les salles de cinéma, les théâtres et les musées qui devraient rouvrir le 15 décembre (si déconfinement il y a). En revanche, grande déception pour les stations de sports d’hiver… condamnées à rester fermées jusqu’à la fin de l’année. « Impossible » de rouvrir pour Emmanuel Macron : «  il est préférable de privilégier une réouverture des pistes de ski courant janvier dans de bonnes conditions » […] « Nous nous coordonnerons sur ce point avec nos voisins européens », a déclaré le chef de l’État lors de son allocution. Enfin la vaccination ne sera pas « obligatoire », les campagnes devraient débuter fin décembre ou début janvier. Pour les personnes « les plus fragiles » dans un premier temps.

Troisième étape le 20 janvier
À cette date – seulement – et si les conditions sanitaires le permettent, les restaurants pourront enfin rouvrir ! Ainsi que les salles de sport : « L’étape suivante sera pour le 20 janvier, à cette date, nous aurons le recul suffisant au retour des fêtes de fin d’année. C’est autour du 20 janvier que nous pourrons alors prendre, si possible, de nouvelles décisions d’ouverture. Si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5 000 cas par jour, les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir et le couvre-feu pourra être décalé », a précisé Emmanuel Macron. Cependant, l’avenir semble hélas bien noir pour les bars et les discothèques, fermés depuis fin octobre, et qui n’ont pu bénéficier de la moindre échéance en vue d’une éventuelle réouverture. Côté éducation, les lycées accueilleraient la totalité des élèves fin janvier, les universités suivraient deux semaines plus tard.

Enfin, pour soutenir au mieux les entreprises qui resteront fermées administrativement dans les semaines à venir, et c’est le cas des restaurants, elles pourront bénéficier d’une aide plus généreuse : à hauteur de 20 % de leur chiffre d’affaires annuel, au lieu des  10 000 euros en vigueur. Suffisant pour panser les plaies ? pas sûr. Mais le gouvernement a fait le choix du step by step… en espérant que la stratégie porte ses fruits ! GW.

PS : l’allocution du Président de la République a été sous-titrée en direct par le service de vélotypistes. Pour en savoir plus sur la profession, cliquez ici.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.