On a compris l’anosmie causée par le virus

Affaire de neurones olfactifs indirectement touchés.

Vous avez perdu l’odorat ? Et donc le goût ? Votre nez n’est pas spécialement bouché ? Peut-être avez-vous été contaminé.e par le Sars-Cov-2, et l’on sait désormais pourquoi la maladie affecte l’odorat.

La perte de l’odorat ne signe pas forcément une contamination du Sars-CoV-2 puisque l’anosmie (c’est le nom du symptôme) survient souvent dans les infections respiratoires style grippe ou rhume. Dans ce cas, l’encombrement des voies nasales l’explique : les arômes – véhiculés par des molécules – n’atteignent pas les récepteurs olfactifs. Avec la covid-19, la plupart du temps, ledit nez n’est pas obstrué. Que se passe-t-il ?

Cette anosmie, apparue soudain, disparue tout aussi vite en une ou deux semaines, laisse la plupart du temps des séquelles : on n’a pas retrouvé totalement l’odorat. Les médecins notent, à travers les scanners du nez et des sinus, un gonflement tissulaire, voire la présence de mucus. Mais rien n’affecte les sinus.

Neurones olfactifs touchés par l’inflammation, non par le virus
Dans la mesure où le coronavirus de type 2 « s’invite » dans les cellules, on a pensé à une invasion des neurones olfactifs. Raté : lesdits neurones semblent insensibles à l’infection. En revanche, les cellules sustentaculaires qui soutiennent les neurones le sont. D’où une inflammation de la fente olfactive (avec gonflement et mucosités). Avec ou sans atteinte des neurones olfactifs. Ce qui explique l’anosmie et sa disparition partielle. Mais pas définitive. Les neurones se régénèrent. Au pire, une rééducation de reconnaissance des odeurs devrait rétablir la fonction odorat-goût.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.