Le Dr Raoult n’a pas dit son dernier mot

Temps de lecture constaté 2’30

Une interview récente nous rassure : le turbulent Marseillais n’a rien perdu de son franc-parler et il faut l’écouter.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

On n’entendait plus le professeur Raoult. Du reste, l’a-t-on remarqué, les médias – écrits, radio, télé… – ne sont plus si preneurs de la parole scientifique contestataire. Affaire d’humeur sans doute ou de tonalité de l’actualité : peut-être craint-on de donner la parole à des médecins qui iraient vous critiquer la panacée vaccinale…

Or Didier Raoult reprend la parole pour le site Info du jour, créé sous la houlette de Marcel Gay, reporter, associé au plus connu Denis Robert pour, entre autres, son enquête sur l’affaire Clearstream. Rassurons-nous donc, le contenu est de qualité. Et ce qu’il dit en réponse à la question quasi unique de notre confrère – on connaît la loquacité de « Chloro King* » – se révèle une fois encore déterminant : nous vivons une deuxième épidémie – avant, peut-être, pas mal d’autres – car les « virus, êtres vivants », mutent sans cesse.

Pour celui qui en exaspère certains à force de marteler sa compétence – mais n’est-elle pas réelle ? –, l’origine animale du coronavirus qui tue toujours essentiellement des humains de 80 ans et plus ne semble pas douteuse. Ces zoonoses apparues dans les élevages de visons ou de porcs que l’on concentre cruellement pour les écorcher ou les manger impliquent donc à 100 % la responsabilité humaine. En finir avec ces pratiques ou en amoindrir le nombre jouerait déjà sur un amont de la maladie dont personne ne se soucie : qui parle des causes et de leur éradication ? Personne. Didier Raoult lui-même en effleure la réalité.

Ce qui compte toujours pour lui, c’est le soin. Le soulagement. Son métier de médecin. Le chercheur qu’il est en appelle logiquement à la technologie – une simple montre capable de mesurer en temps réel les constantes d’un malade jouerait un grand rôle dans la prévention des aggravations des patient·es fragiles – et aux « vieux médicaments » qui ont fait leurs preuves (suivez son regard). Au lieu de quoi, dit-il à notre confrère, on n’interdit toujours pas le remdesivir de Gilead, donné un temps pour le comprimé miracle, en réalité non seulement inefficace mais, pour le Dr Raoult, mutagène : il aurait favorisé l’apparition de variants chez des personnes traitées !

Et les vaccins ? Comment se comportent-ils face aux variants ? La question qui tue ou qui sauve anime le savant : la technologie vaccinale actuelle, explique-t-il à sa façon imagée, consiste à miser comme à la roulette sur la protéine « Spike » d’un certain variant. S’il est en cause, bingo, le vaccin l’éradique. Mais si d’autres « épitopes », propres à d’autres variants, entrent en jeu – si la Spike d’entrée du virus n’est pas reconnue par le vaccin –, alors toute notre belle vaccination hypersophistiquée rate sa cible.

Il est toujours bon d’écouter le sage qui, justement, ne l’est pas tant que ça. Il nous rappelle que l’on doit aussi, si l’on joue à pile ou face avec les vaccins, éradiquer en amont les souches de virus et… soigner les malades. Vous reprendrez bien un peu d’hydroxychloroquine ?

Olivier Magnan

* Ainsi le nomme le dessinateur Dadou qui vient de publier chez Fixila Productions un album de BD plutôt drôle, Chloro King, dont le Dr Raoult est le héros malgré lui.

Un télégramme télévisé du Premier ministre, Jean Castex, le vendredi 29 janvier. Preuve que pour nos dirigeants, la communication covid n’est désormais plus qu’une corvée dont il faut se débarrasser hâtivement.

– Les entrées et les sorties en France à destination ou en provenance d’un pays extérieur à l’Union européenne, seront interdites, sauf motif impérieux. Stop. L’arrivée en France à partir d’un pays de l’Union européenne sera conditionnée à la réalisation d’un test PCR, à l’exception des travailleurs transfrontaliers. Stop. Tous les déplacements en provenance et en direction de tous nos territoires ultramarins seront également soumis à la production de motifs impérieux à compter de ce dimanche. Stop. Ces restrictions s’appliqueront à partir de dimanche matin. Stop ?

– Les centres commerciaux non alimentaires, d’une surface supérieure à 20 000 carrés seront fermés dès lundi. Stop. Les jauges seront renforcées dans toutes les grandes surfaces. Stop.

– Un appel est lancé à renforcer le recours au télétravail. Stop. Une concertation sera conduite lundi avec les partenaires sociaux pour définir les modalités. Stop.

Stop à la covid. Stop.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.