Christian Perronne, inaudible ?

Temps de lecture constaté 3’

Le professeur infectiologue ose entrevoir des effets secondaires aux vaccins produits par des « apprentis-sorciers ». S’il dit la vérité, sera-t-il exécuté (air connu) ?

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Depuis la parution de son livreY a-t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise ? (Albin Michel) – et ses apparitions sur les plateaux, le professeur Christian Perronne, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de Garches, semble ne plus avoir l’heur des médias qui ne relaient plus guère ses propos.

Il faut chercher sur son compte FaceBook sa dernière « lettre » pour savoir ce que ce contempteur de la stratégie sanitaire du gouvernement, opposé aux masques pour les bien portants, pense de la campagne vaccinale à venir. Sans surprise, on le découvre arc-bouté contre ces vaccins qui nous arrivent désormais tels des tsunamis sanitaires, armes absolues contre un virus pourtant en train de se carapater tout seul. Perronne, complotiste, « rassuriste » ? Plus que ses pairs pro-vaccin ? Pourquoi le ranger dans le camp des nuisibles a priori ?

Sur la courbe descendante de l’épidémie, voici ce qu’il écrit : « [elle] régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence. Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place [nous l’avons déjà souligné ici, ndlr]. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu. »

Vaccin apparemment inutile, donc, mais il y a pire, le vaccin agresseur. Pour Christian Perronne, ce vaccin à ARN messager est porteur d’un message… OGM. Ce qu’il écrit :

« On ne connaît absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains “vaccinés” fabriquaient trop d’éléments viraux, entraînant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN. Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits “endogènes” intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus “domestiqués” qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes.

Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées “vaccins”, sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques, des OGM (organismes génétiquement modifiés). »

Même si l’on n’est guère familier de ces acides ribonucléiques et désoxyribonucléiques, les propos du professeur restent compréhensibles. Ils n’émanent pas a priori du premier polémiste venu.

Il est quand même troublant que, désormais, tout l’espoir de cette part infime de l’humanité touchée et tuée par le Sars-CoV-2 (y compris un ancien président de la République de 94 ans à comorbidité cardiaque que l’on dit victime de la covid…) repose sur des vaccins suspects et prématurés, n’en déplaise à l’intelligentsia scientifique qui n’a nul intérêt à faire part du moindre doute. À la clé, les milliards de dollars que vont se partager des laboratoires homologués, validés, labellisés par des États trop heureux de signer n’importe quelle autorisation de mise sur le marché, pourvu que la fiole miracle les débarrasse de toute culpabilité, en plus du virus.

Comme ledit virus semble en voie de disparition, l’on pourra mettre son évanouissement au crédit de la vaccination… pandémique. En espérant que le remède ne sera pas pire, à terme, que le mal.

Olivier Magnan

PS : continuez à souscrire au collector d’ÉcoRéseau Business, une année d’informations en direct, qui connaît déjà un franc succès.

3 Commentaires

  1. Excellent article. Il faut aussi ajouter les scientifiques qui soutiennent les laboratoires et qui seront récompensés de leur servilité par contrat de recherche, largesse, étude clinique inutiles en faveur des vaccins. Bref le scénario habituelle de la recherche clinique qui est une collusion sans âme entre labo et universitaire.

  2. L’ARNm ne peut rentrer dans le noyau. Si ce n’était pas le cas, nos cellules seraient déstructurées en permanence.
    Donc seule une Rétrotranscriptase (RT) virale, exemple VIH, pourrait poser problème. Mais les RT virales sont incapables de processer les ARNm .En effet la rétrotranscriptase a besoin d’une amorce spécifique de son virus pour opérer. Donc la RT du VIH ne peut rétro-transcrire QUE l’ARN du VIH et a ensuite besoin d’une intégrase pour s’insérer dans le génome.
    Ce qu’il avance est donc complètement faux.
    Et Pérronne qui a fait une thèse sur le VIH le sait parfaitement. C’est donc en toute connaissance qu’il désinforme. Très, très édifiant ! A chacun de trouver la motivation de ce (sinistre) personnage. Sinistre, car alors qu’il devrait informer, il cherche à semer le chaos.

    • Vous avez raison, faites vous injecter, vous, vos proches et vos enfant, ce vaccin si formidable, …j’observe. J’ai toujours été fasciné par la stupidité des universitaires, deux mots compliqués et hop. Par principe et depuis depuis plus de 2000 ans nous avons constaté que la nature est bien faite. Le progrès « scientifique » n’a généré que dysgénisme ainsi qu’en témoigne vos propos. Hygiène et immunité de bon sens, voilà tout. Le reste n’est que billevesées. Bonne chance…

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.