Quelle mouche nous pique ?

Temps de lecture constaté 2’15

Attention, société sous tension.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Quelle mouche nous pique, en plus du virus ? Celle de la peur, de la colère, de l’incompréhension.

Un cocktail explosif qui remet sa mise à feu, comme si tout un peuple se retrouvait assommé, groggy, sans comprendre ce qui lui arrive.

Tel ce producteur, Michel Zecler, tabassé « pour rien » par des policiers en rage. Que se passe-t-il dans la tête de ces « forces » que l’on voudrait de l’ordre et qui se transforment en bêtes sauvages acharnées à faire mal, à arracher la « proie » de son antre à coups de gaz lacrymogènes, à mentir effrontément pour se « justifier » ? Quelques jours auparavant, d’autres policiers transformés en « blue blocks » avaient réservé le même sort à des migrants sans refuge.

Accabler ces « flics » ? Ils seront, espérons-le, recadrés vite fait, poignée minoritaire mais qui portent le signe de la colère sans cause qui pourrait, si l’on n’y prend garde, préluder à une déflagration générale : une police qui inspire la panique, au-delà de la « peur du gendarme », n’est plus une police mais une milice.

Incompréhension de même à l’égard des scientifiques et des politiques décideurs de ce confinement sanitaire qui veulent des citoyen·nes masqué·es, compté·es, testé·es, interdit·es de travailler sans… raison.

Car comme j’en ai exprimé déjà ici le doute, il est peu probable que couvre-feu ou confinement soient la vraie cause d’une dégringolade de l’épidémie. Pourquoi cette « baisse fulgurante des contaminations et même des hospitalisations ? On est très loin des 9 000 patients en réanimation évoqués par Emmanuel Macron il y a trois semaines. Elle est tellement fulgurante, cette baisse, qu’elle déjoue même les pronostics les plus optimistes. L’institut Pasteur avait par exemple prévu que même dans le meilleur des cas, on atteindrait un pic en réanimation le 12 novembre à 5 500 patients. Aujourd’hui, nous sommes à 4 838 alors que nous sommes au pic », se demandait ma consœur Fanny Weill de LCI. Reconfinement partiel ? Il est impossible qu’il conduise si vite à ce repli. Couvre-feu ? Peu probable puisque des villes qui n’y ont pas été contraintes voient aussi le nombre de contaminations refluer. L’analyse des eaux usées montre qu’en Île-de-France le repli s’est amorcé dès le 17 octobre. Reste l’hypothèse d’un amoindrissement « naturel » du virus puisque partout en Europe, la même décrue si bienvenue s’amorce.

Un jour, nous saurons peut-être pourquoi ces coronavirus se jouent ainsi de nos certitudes, de nos prétendus savoirs, de nos solutions incontournables.

En attendant, ils nous rendent un peu dingues, paranoïaques, déboussolé·es au point de chercher chez l’autre, comme dans la fable de La Fontaine, la cause de ce « mal qui répand la terreur ». La brutalité policière devient un thermomètre. Il faut que le ministre de l’Intérieur, très vite, cesse d’en appeler vainement à la police des polices et qu’il s’insurge contre ces violences par principe, très fortement, pour le bien même de nos policiers et de nos concitoyen·es. Ce qu’il a commencé hier en suspendant les agresseurs pris, c’est le moins que l’on puisse dire, en flagrant délit de défoulement sauvage.

Olivier Magnan

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.