Un pays allergique au vaccin

Si le « remède miracle » de prévention contre les coronavirus devait un jour exister – peu probable –, le village gaulois résisterait encore et toujours à l’envahisseur…

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Il n’existe pas encore, peut-être demain, peut-être dans un an ou plus, peut-être jamais, le vaccin. Le fameux remède radical qui éloignera à tout jamais le spectre d’un coronavirus 2 de retour, en attendant le 3 et ses successeurs. Mais les labos ont beau turbiner, les effets d’annonce se succéder, les Français.es masqué.es, si respectueux des gestes barrières, si apeuré.es par le quidam qui passe à moins d’un mètre d’eux.elles, restent des opposant.es aux vaccins : dans le monde, 2 à 4 % de la population, pour des raisons rationnelles ou pas, ne veulent pas du vaccin. En France, nous sommes 25 à 40 %, la fourchette varie en fonction des vaccins et des études. Énorme ! Quand, en janvier 2018, le gouvernement est revenu à la charge avec 11 vaccins obligatoires, les vaccino-sceptiques ont hurlé à l’empoisonnement d’État. Leurs raisons ? Multiformes : c’est le lobby pharmaceutique qui œuvre dans l’ombre malgré les risques et les cas (re)connus d’accidents – handicaps, mort subite. Ce sont des substances sans efficacité. Ou encore, on ne m’injecte rien sans mon consentement, et, justement, je ne veux pas.

Ce qui veut dire que si un hypothétique vaccin censé protéger contre la covid devait exister, plus vraisemblablement outre-Atlantique, quelque 25 % des Français.es le refuseraient (étude publiée dans The Lancet).

Parmi les raisons recensées par l’étude, 17 % estiment qu’un vaccin bricolé sans recul serait dangereux, 7 % par principe, 2 % se souviennent que plus de 98 % de la population n’ont pas été touchés – confinement à la clé – et qu’il est donc inutile de se vacciner : soignez donc les personnes à risque et laissez-moi tranquille. Dans ce pays, règne le souvenir d’une inutile vaccination H1N1 qui a plongé quelques jeunes gens en narcolepsie. On ne nous refera pas le même coup… Surtout de la part d’un gouvernement qui n’a pas su gérer la protection basique des masques, des réanimateurs et autres surblouses.

Un homme aux cheveux longs et à la chemise vichy rose, le fameux Dr Raoult, auteur de La vérité sur les vaccins (Michel Lafon), n’a guère été interviewé sur la question. Sans doute parce qu’on connaissait sa réponse : la covid touche des hommes (en majorité) de plus de 70 ans (en majorité) atteints par d’autres maladies (en majorité). Donc, pour lui, le vaccin rédempteur n’existera pas. « Il n’a pas été mis au point de vaccin nouveau depuis vingt ans », rappelle-t-il. Pour lui, vaccin est un mot magique, une « réponse automatique » dénuée de réalité. Pourvu que le Sars-CoV-2 disparaisse purement et simplement comme le Sras avant que la guerre du vaccin ne ravage la France !

Olivier Magnan, rédacteur en chef

 

 

1 COMMENTAIRE

  1. Les vaccins sauvent des vies, mais ils peuvent avoir des effets indésirables graves :

    Vytenis Andriukaitis, commissaire européen pour la santé :
    « Des enfants souffrent d’expériences terrifiantes, liées aux effets secondaires du vaccin contre la grippe porcine (H1N1). »
    Près de 1.700 adultes et enfants à travers l’Europe souffrent de maladie neurologique à vie, de narcolepsie causée par cette vaccination.
    https://inews.co.uk/essentials/news/health/eu-health-commissioner-narcolepsy-swine-flu-vaccine/
    February 22nd 2017

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.