Déconfinement dans la débandade

Mais deux raisons de sourire : les astronautes russo-américains s’embrassent et Xenothera la française a les moyens d’expérimenter son anticorps !

Olivier Magnan, rédacteur en chef

C’est un peu la débandade dans ce pays qui s’est tant félicité de sa discipline : on déconfine en ordre dispersé. Tel commerçant (pourtant a priori si désireux de retrouver un chiffre d’affaires) interdit carrément son entrée à des non masqué.es (la majorité des passants dans les rues) quand tel autre à l’inverse semble ignorer la notion même de gestes barrières. Et c’est vrai quelle que soit la taille du commerce, grandes surfaces comprises. Au café du commerce qui va rouvrir mais sans le bar si favorable aux « brèves de comptoir », les « y’a qu’à rendre le masque obligatoire » vont discutailler avec les « ça sert à rien ».

Plusieurs explications sans doute : d’abord, cette fameuse discipline du premier confinement eut la peur pour cause, tout simplement, davantage que la sagesse républicaine. Cette peur insidieuse qui s’est emparée de tout un chacun à des degrés divers selon son tempérament. Cette peur qui accompagne le déconfinement dans cette cacophonie de comportements sous l’effet de la… peur d’une deuxième vague. De plus en plus hypothétique à en croire les médecins et autres spécialistes si efficaces pour jouer les Diafoirus tout au long de la dramaturgie covid, tantôt pessimistes, tantôt contradictoires, tantôt tellement optimistes que la maladie était une « affaire classée » dès son apparition. Mais c’est sous leur valse-hésitation ensuite que tout un peuple égal à lui-même rejoue l’image de Pierre Daninos de « la France est divisée en 43 millions de Français. La France est le seul pays du monde où, si vous ajoutez dix citoyens à dix autres, vous ne faites pas une addition, mais vingt divisions ». Qu’ils.elles soient désormais 67 millions complique un peu l’arithmétique, mais le constat reste le même.

Un événement post-covid la semaine passée, que l’on reverra surgir à la mesure des licenciements distillés, en constitue une image médiatique parlante : 8 000 manifestants déferlent à Maubeuge. Au coude à coude. En postillonnant tous les slogans voulus, avec ou sans masque. La « loi » du rassemblement limité à dix personnes ? Inapplicable. Jusqu’au point où mon confrère présentateur de France 2, Thomas Sotto, n’a pas un mot pour ce viol du décret : la peur des lendemains qui déchantent l’emporte sur la peur de la contamination.

À une autre altitude, on attend, émus, que les deux astronautes américains véhiculés par le premier TGV privé de l’espace rejoignent leurs confrères, un Américain et deux Russes, à bord de l’ISS. Nul doute, comme il est de coutume, qu’ils ne s’embrassent et se tapent dans le dos. Ce qu’ils vont faire, bien sûr. Ça n’empêche pas notre consœur de BFM Apolline de Malherbe de se demander s’ils vont bien s’embrasser en dépit du Sars-CoV-2 ! Le baiser sous haute suspicion à 400 km de haut.

Et pendant ce temps, au moment où les Diafoirus rivalisent dans les annonces triomphales prématurées du médicament miracle, notre petite biotech nantaise, Xenothera, tant de fois citée dans nos chroniques de la covid ordinaire, annonce avoir enfin obtenu de Bpifrance les fonds nécessaires à la mise en route des essais cliniques du XAV-19, cet anticorps industrialisé sans effet de rejet qui pourrait bien devenir la parade efficace aux derniers contaminés et celle au supposé retour du sympathique microbe. Bpifrance, fidèle à l’intelligence d’amorçage et de financement des entreprises prometteuses de son président, Nicolas Dufourcq, a investi dans Xenothera 2,3 millions d’euros, rien de démesuré, exactement ce que cherchait sans souci de profits Odile Duvaux, CEO de la discrète start-up. On dirait que la peur a des raisons de ne plus avancer masquée.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.