Un 1er-Mai pas comme avant

Pas de manif, mais peut-être un autre message.

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Les grands axes, Bastille-Opéra, vides, un 1er mai ! Pas de banderoles, pas de syndicats, pas de micros devant les leaders cégétistes ou Force ouvrière en train d’avancer derrière un slogan. Peut-être quelques tentatives de rassemblements – pas plus de 10 personnes ! – que les JT nous ont montré furtivement, avec le moustachu Martinez (CGT) statique derrière sa banderole. Des manifs symboles : affichage de messages aux balcons, chants collectifs, concerts de casseroles, défilés en voitures en Corse et même l’utilisation de son heure « légale » de sortie pour marcher porteur d’une pancarte…

La journée du mouvement ouvrier était vide, mais pas forcément muette. Elle aurait pu même prendre l’allure d’une revendication : revenons au travail, le plus vite possible…

Mais pas comme avant.

Si le gouvernement, pour une fois, n’a pas vu des foules dans la rue, ses oreilles n’en ont pas moins sifflé. « On ne confine pas nos idées, on ne confine pas nos rages », reprennent en chœur les syndicats. À la CGT, on veut « un monde juste, durable et solidaire ». Chez FO, c’est la « santé au travail, droit fondamental » que l’on revendique. Les Solidaires riment avec « colère », « colère confinée, explosion assurée ! » À la FSU, on rappelle que « le service public est utile comme jamais ». Et tous les syndicats se rejoignent sur une revendication que 67 millions de Français/es et des milliards de « planétaires » partagent : que plus jamais une telle situation ne se produise ! Unanimité assurée.

Mais pas comme avant.

Le 1er-Mai, né aux États-Unis en 1886 pour réclamer une journée de travail de huit heures et la semaine de 48 heures, va prendre cette année une coloration particulière : ne faudra-t-il pas travailler plus, question tabou qu’avait formulée en son temps le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux : « Il faudra bien se poser tôt ou tard la question du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise économique et faciliter en travaillant un peu plus la création de croissance supplémentaire… L’important c’est de remettre la machine économique en marche et de reproduire de la richesse en masse pour tenter d’effacer, dès 2021, les pertes de croissance de 2020. »

Mais pas comme avant.

Un patron a répondu à Geoffroy Roux de Bézieux, Xavier Alberti, président de l’entreprise Hôtels Unis de France (Les Collectionneurs) : « Il n’y a rien à rattraper. Dans un modèle en rupture, il ne s’agit pas de travailler plus, mais de travailler mieux, il ne s’agit pas d’acheter plus, mais de consommer mieux, il ne s’agit pas de produire plus, mais de produire ce dont nous avons besoin. Il faut changer de logiciel […] Si nous savons utiliser cette crise, nous fonderons un nouveau pacte social et nous connaîtrons une phase de prospérité partagée. Si nous voulons rattraper la croissance perdue sur le dos du travail, nous aurons la misère et la guerre. »

Un « pas comme avant » qui sonne juste, non ?

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.