Le pic épidémique de la seconde vague aurait été franchi

Temps de lecture constaté 2’

Selon Santé publique France, le pire de la seconde vague est derrière nous, mais la patience est de mise.

Première vague, seconde vague, l’épidémie de la covid trace sa route. Le pays est reconfiné et l’économie est à nouveau au ralenti, bien que moins freinée que lors du premier confinement. Mais le bout du tunnel est à nouveau à l’horizon. Selon le dernier point épidémique de Santé publique France, le pic de la seconde vague a été franchi et les indicateurs sont en baisse. S’ouvre maintenant une phase primordiale pour espérer ne pas répéter les erreurs de cet été.

Les conclusions et observations rendues par Santé publique France dans son point hebdomadaire du vendredi 20 novembre ont de quoi rassurer. Malgré un reconfinement à géométrie variable et qui laissent vraisemblablement place à plus de déplacements et de rassemblements potentiels que son prédécesseur, la situation sanitaire et épidémique tend à s’améliorer. Dans son communiqué, l’agence de santé explique que « même si les indicateurs restent à des niveaux élevés, leur observation suggère que le pic épidémique de la seconde vague a été franchi ». Et pour cause, selon Santé publique France, tous les indicateurs épidémiques sont en baisse, y compris le nombre de patient·es covid hospitalisé·es. Durant la semaine du 9 au 15 novembre, deuxième semaine du second confinement, les nouveaux cas détectés ont reculé de 40 %, aux alentours de 26 000 par jour. Un constat très rassurant, selon les autorités sanitaires, qui démontre que les mesures prises ont un impact. Reste que déconfiner prématurément serait une erreur fatale.

Un pic est passé, la prudence est de mise
Malgré la bonne nouvelle, les expert·es tempèrent la situation et rappellent que rien n’est encore gagné. D’autant plus que si un pic épidémique a été dépassé, il pourrait encore y en avoir d’autres à franchir, comme le rappelle Daniel Lévy-Brühl, épidémiologiste et responsable de l’unité des infections respiratoires de Santé publique France : « Le pic des contaminations est vraisemblablement passé. Mais il y aura trois pics : un pic sur les contaminations, un pic sur les hospitalisations et un pic sur les décès et, évidemment, ces pics ne sont pas synchrones, ils sont décalés dans le temps. » Et pour cause, si les contaminations sont en forte baisse (-40 %), les hospitalisations (-13 %) et les admissions en réanimation (-9 %) ne connaissent pas encore la même dynamique. Le nombre de morts, lui, se stabilise pour la première fois depuis des semaines. Du 9 au 15 novembre, 3 756 personnes sont décédées de la covid en France, contre 3 817 pour la semaine précédente. Sur ce chiffre, il est impossible de discerner les décès « covid » des trépas « codifiés covid », autrement dit ceux de malades possiblement morts pour une autre cause médicale majeure.

Pas de déconfinement dans l’immédiat
Olivier Véran, le ministre de la Santé, rappelle que le combat est encore loin d’être gagné : « Les indicateurs s’améliorent, la dynamique épidémique s’est réduite […]. Mais la pression sanitaire reste extrêmement élevée dans notre pays et nos hôpitaux sont encore en situation de très forte charge en termes de malades. Ce n’est pas parce que ça baisse que c’est bas. » Avis à celles et ceux qui attendent l’annonce d’un déconfinement et d’un retour à la pleine liberté de circulation pour la période de fin d’année et des courses de Noël, nous n’en sommes pas encore là. Les Français·es peuvent réserver leurs billets de train pour les vacances, mais la circulation des trains reste dépendante de l’évolution de la situation sanitaire.

Concernant la réouverture des petits commerces et des commerces « non essentiels », « nous sommes sur la bonne voie » pour envisager une réouverture autour du 1er décembre, a déclaré Jean Castex ce vendredi 20 septembre. Le gouvernement négocie actuellement avec les acteurs et les représentant·es du commerce et de la distribution. Le Premier ministre a annoncé que « les dates (de réouverture) seront données la semaine prochaine ».

Adam Belghiti Alaoui

 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.