Marseille, Bordeaux, métropoles sous haute surveillance

Temps de lecture estimé: 2’

Au gré d’une reprise inquiétante des contaminations, les mesures restrictives s’imposent de nouveau.

Rentrée et plan de relance riment cette année avec reprise de l’épidémie. Au gré des relâchements coupables et des rassemblements de plus en plus nombreux, des grandes villes de province affichent des dynamiques sanitaires préoccupantes. Conséquence inévitable : les mesures restrictives s’invitent à nouveau à Marseille et à Bordeaux. Au menu : port du masque obligatoire, contrôles renforcés, rassemblements publics réduits…

Les spécialistes santé et autres praticiens hospitaliers tirent la sonnette d’alarme depuis plusieurs semaines en cette période de rentrée : le virus progresse à nouveau de façon inquiétante (10 561 nouveaux cas en 24 heures le samedi 12 septembre, un record). Pour freiner la spirale négative et éviter des situations incontrôlables comme lors des premières semaines de la crise sanitaire, les préfets de Gironde et des Bouches-du-Rhône ont annoncé le 14 septembre une série de nouvelles mesures restrictives. De même que les départements du Nord et d’Ille-et-Vilaine. Et pour cause : la Gironde et les Bouches-du-Rhône ont largement dépassé le seuil d’alerte en termes d’incidence de la maladie – fixé à 100 cas pour 100 000 habitants –, 158 cas pour 100 000 habitants pour le département bordelais et 212 cas pour 100 000 habitants pour le département marseillais. Des dynamiques alarmantes qui ont poussé, après le conseil de défense et de sécurité du 11 septembre, le Premier ministre Jean Castex à sommer les responsables locaux à prendre de nouvelles mesures (sans plus de cadrage).

Prévenir pour guérir
Pour éviter un potentiel nouveau confinement généralisé sur lequel la plupart des observateurs économiques s’accordent pour dire qu’il serait un nouveau frein périlleux pour l’économie globale, la généralisation des autres mesures sanitaires restrictives paraît inévitable. Christophe Mirmand, préfet des Bouches-du-Rhône, a notamment annoncé le port obligatoire du masque de 6 heures du matin jusqu’à 2 heures du matin dans 27 communes du département, dont Marseille. Pour ces communes, les rassemblements de plus de 1 000 personnes sont également interdits et les réunions privées de plus de 10 individus « doivent être dans la mesure du possible reportées », ajoute le préfet. Toujours dans le département marseillais, les pensionnaires des Ehpad ne bénéficient plus que d’une visite de proche(s) journalière. Comme avant le déconfinement, bars et restaurant doivent fermer au plus tard à minuit et demi, la vente d’alcool est interdite après 20 heures, de même que la musique sur la voie publique (le calme nocturne y gagne).

De la même façon, Fabienne Bucco, préfète de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine, réduit la jauge des rassemblements publics de 5 000 à 1 000 personnes dans le département, ainsi que l’annulation des fêtes foraines et des journées européennes du patrimoine à Bordeaux. En parallèle, l’offre de tests doit être élargie dans le département bordelais, grâce à l’ouverture de nouveaux centres. Des mesures difficilement évitables selon les professionnels de santé, à l’instar de Yann Bubien, directeur général du CHU de Bordeaux, qui affirme que « tous les signaux sont au rouge ». Dans les bars girondins, la consommation debout est désormais interdite et les rassemblements de plus de 10 personnes dans les lieux publics ne sont plus permis. Ce à quoi s’ajoute la fermeture des vestiaires sportifs amateurs et l’annulation des fêtes étudiantes, propices à la circulation incontrôlable du virus.

Marseille et Bordeaux ne font pas exception. La Guadeloupe a également décidé la fermeture jusqu’au 29 septembre inclus des stades, piscines, foires, gymnases et autres lieux de loisir publics. Les bars et restaurants de l’Ile devront, eux, cesser d’accueillir des clients dès 22 heures. À Marseille, c’est l’annulation de la Foire qui consterne organisateurs et exposants : un manque à gagner colossal en vue.
À l’heure de la reprise inquiétante de la course effrénée du virus, l’hypothèse du reconfinement, qui paraissait très peu probable, pourrait refaire surface sans la responsabilisation de tous. Ce vendredi 18 septembre, Israël sera la première économie développée à procéder à un nouveau confinement généralisé.

Adam Belghiti Alaoui

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.