Thérapie par anticorps : la France pionnière en Europe ?

Des malades fraîchement atteints pourraient échapper totalement à l’aggravation de la covid.

L’aventure Xenothera continue plus que jamais !

Au chapitre des « épisodes » précédents, avant l’été, nous avions suivi de près les efforts de cette biotech nantaise emmenée par la Dr Odile Duvaux dont l’anticorps Xav-19, produit de l’ingénierie « visionnaire » de la start-up, nous semblait très prometteur, et novateur, en tout cas une autre piste que le vaccin lointain dans la thérapie applicable au traitement de la covid-19. Xenothera travaillait depuis plus de quatre ans sur les infections à coronavirus, en parallèle de ses autres produits en transplantation, maladies infectieuses et cancérologie.

À l’époque largement ignorée des grands organismes de recherche, sous le radar des autorités de santé prêtes pourtant à financer bien des projets de recherche secondaires, Xenothera a réussi, à force de communiquer et de se faire (re)connaître, à attirer d’abord l’attention de financeurs de premier plan, dont Bpifrance.

Un consortium mène désormais le projet
Les toutes dernières informations que nous relayons sont des plus positives. Alors que la petite société avait enfin obtenu les quelque 3 millions d’euros demandés pour la mise en route des premiers essais clinique du Xav-19 – une technologie brevetée de production d’anticorps polyclonaux protecteurs, similaires à la réponse naturelle de l’homme – elle s’est constituée cet été en consortium, Polycor. Cette union efficace avec le Centre hospitalo-universitaire et l’université de Nantes vient d’obtenir un financement de l’État de près de 8 millions d’euros (2,3 millions à destination du CHU, 0,2 million pour l’université, 5,3 millions débloqués pour Xenothera) ! Un autre signe d’un changement profond des circuits de décision : le politique semble à la barre, le PSPC-Covid entre dans le cadre du financement de l’innovation par l’État.

L’un des seuls traitements européens
Le consortium Xenothera-CHU de Nantes-Université de Nantes agit dans le cadre d’un PSPC-Covid, autrement dit un appel à projets (« PSPC »), dispositif de soutien (ouvert jusqu’au 30 septembre) financé par le Programme d’investissements d’avenir (PIA) piloté par le secrétariat général pour l’investissement (SGPI) dont la vocation consiste à sélectionner des projets de recherche et développement structurants pour la compétitivité. On retrouve à l’opérationnel pour le compte de l’État Bpifrance. Le projet Polycor va réaliser un essai clinique de phase 2 (plus de 350 patients) puis assurer la montée à échelle industrielle de la production du Xav-19.

L’essai clinique sera d’envergure. Il enrôle plus de trente hôpitaux dans toute la France, sera piloté par les équipes cliniques du CHU de Nantes, sous la direction du professeur François Raffi. Sur Xenothera repose la mise en place de l’ensemble de la chaîne de production à échelle industrielle de son produit spécifique du Sars-CoV-2. Objectif, selon Odile Duvaux, couvrir les besoins de la population française à partir de 2021, dans une hypothèse de résurgence de l’épidémie. « Le Xav-19 sera l’un des seuls traitements anti-covid européens, explique la chercheuse. Nous avons toutes les raisons de penser qu’il permettra de guérir les patients en début d’hospitalisation. Il est peut-être le traitement spécifique efficace attendu par tout le corps médical. »

Les essais cliniques commencent
Courant août, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a autorisé une étude randomisée, en double aveugle, contrôlée par placebo, pour évaluer Xav-19 chez des patients infectés par Sars-CoV-2. Une première analyse (phase 2A) sera menée sur une quinzaine de sujets pour confirmer l’efficacité du traitement. Après l’accord de l’ANSM, une deuxième étape (phase 2B) élargira l’analyse en recrutant quelque 350 personnes pour l’essai clinique. OM

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.