Gestion de flottes

Le fleet management (gestion de flotte) intervient de plus en plus en soutien des entreprises dans l’organisation de leur parc automobile. Qu’il s’agisse de la restructuration d’une flotte, de la recherche d’économies ou du contrôle de la gestion d’un parc de véhicules, les « fleeters » font preuve du savoir-faire dont ne disposent pas toujours les entreprises en interne.

Audit du parc automobile et conseil en car policy, suivi des lois de roulage et des dérives kilométriques, suivi des contrats LLD et mise en concurrence des loueurs, contrôle et consolidation des factures, contrôle des frais de restitution, les fleeters savent tout faire. Leur mission : optimiser la gestion des flottes automobiles et éviter les dérives dans l’utilisation d’un parc de voitures.

Selon le type d’entreprise, le fleet management se maîtrise en interne avec un·e responsable dédié·e aux multiples tâches à remplir ou externalisé·e auprès d’un prestataire spécialisé. Le fleeter ou fleet manager joue alors le rôle d’interface entre l’entreprise et les prestataires de l’écosystème des flottes : constructeurs, loueurs de longue durée, garages, assureurs, télématiciens, etc.

« Nos clients se tournent vers nous afin de mettre le sujet automobile sous contrôle sur le plan de la gestion administrative et opérationnelle, et pour envisager les transformations liées aux évolutions réglementaires. Mais tous souhaitent que nous leur apportions également une connaissance et une vision pour organiser leur politique automobile au regard d’un environnement changeant », explique Laurent Hauducœur, directeur commercial de Traxall, un spécialiste du fleet management qui gère en France un parc de 60 000 véhicules (230 000 sur le plan international) pour le compte de ses clients. « Dans les entreprises, la gestion d’un parc de l’ordre de 100 véhicules est souvent partagée entre plusieurs collaborateurs et plusieurs directions sans véritable partage des informations, constate Laurent Hauducœur. Ce qui veut dire que ces entreprises subissent plus la gestion du parc qu’elles n’en sont maîtresses. » Et ce spécialiste du fleet management rappelle que le coût moyen d’un véhicule en entreprise s’élève à 10 000 euros chaque année (6 500 euros pour un véhicule utilitaire). « C’est un poste de coût important dont la gestion mérite d’être professionnalisée. » On le croit volontiers.

1 euro investi = 2 euros d’économie

Cette situation s’est amplifiée avec la crise sanitaire, signale-t-on chez Fatec, un fleeter qui gère aujourd’hui un parc de 95 000 véhicules pour le compte de 160 clients. « Les entreprises affrontent une situation économique qui les conduit à réduire la taille de leur parc de 5 à 10 % ou à mener une restructuration pour accompagner la transition vers les véhicules électriques », explique Théophane Courau, président de Fatec.

Plus largement, les flottes font de plus en plus le choix d’externaliser toutes les tâches complexes qui ne se situent pas au cœur de leur stratégie. À commencer par celles liées à la gestion d’un parc de véhicules. Fatec gère ainsi quelque 20 000 poids lourds, engins et matériels techniques, auxquels s’ajoutent 25 000 véhicules de fonction et 50 000 véhicules utilitaires et voitures de société. « Un volume suffisant pour réaliser un benchmark des bonnes pratiques parmi nos clients et opérer un partage des meilleures idées, assure Théophane Courau : en moyenne, un euro investi par nos clients engendre deux euros d’économie réalisée sur les coûts de gestion. »

Des promesses de réduction de coûts

« Si les flottes s’adressent à nous, c’est pour disposer de nouveaux leviers, rappelle aussi Laurent Hauducœur. D’abord, en leur donnant la possibilité d’optimiser et d’organiser leur parc. La mise en concurrence des loueurs se traduit par exemple par une économie supérieure à 10 % sur le coût des loyers de location. Ensuite, intervient la gestion des contrats de location de véhicules. C’est là une grosse source d’économie. La mise en place et le pilotage des kilométrages afin d’éviter les dérives conduisent en moyenne à une économie de 6 % sur les loyers. Surtout, les écarts que nous enregistrons dans les niveaux de remises accordées aux flottes par les constructeurs pour l’acquisition de véhicules sont énormes. Enfin, poursuit le directeur commercial de Traxall, une autre source d’économie est issue de la délégation qui nous est accordée pour négocier en direct avec les prestataires des flottes dans le domaine notamment de l’assurance ou de la maintenance du parc automobile. » Reste que l’autre grande motivation qui pousse les flottes à faire appel à un fleeter porte sur la qualité de service qu’elles attendent de la part de leurs prestataires lors d’événements qui appellent une intervention. « Pour Traxall, cette mission passe par la gestion des commandes, la gestion des événements, le reporting et le contrôle de la facturation. Ici, les économies réalisables sont très liées à la situation de l’entreprise », dixit Hauducœur.

Priorité à la mobilité des collaborateurs

« Nous ne sommes pas des cost-killers, se défend de son côté Théophane Courau. D’ailleurs, nous sommes rémunérés en honoraires fixes et non pas en fonction des économies réalisées. » Et Fatec de rappeler que les gains réalisés proviennent du contrôle de toutes les factures et de tous les postes de coût. « Nous apportons une économie, mais nos clients veulent d’abord obtenir une photographie claire de leur parc de véhicules, un historique des événements. Les flottes d’entreprises veulent aujourd’hui adapter leur parc à leurs besoins en réduisant les coûts, les émissions de CO2 de leurs véhicules, tout en maintenant la mobilité de leurs collaborateurs. »

Signe que le fleet management a le vent en poupe, de nouveaux acteurs arrivent sur le marché. Il en va ainsi d’ASK, une jeune pousse aixoise qui vient de passer le cap du millier de véhicules gérés, un an après sa création. « Nous visons les entreprises qui n’ont pas de gestionnaire de parc et celles où ces missions sont rattachées à une autre fonction – DAF, DRH, RSE », explique Fabien Dieu, directeur général d’ASK. « C’est dans ces entreprises que la gestion de la mobilité devient rapidement une tâche chronophage. En interne, la plupart n’ont ni le temps ni les moyens de s’engager dans la recherche de gains de productivité et d’optimisation du TCO♦ de leur flotte. »

ASK leur apporte ce service en délégation par une intervention sur l’ensemble de la chaîne de valeur, depuis la définition de la car policy en fonction de la fiscalité et des impératifs énergétiques, la commande des véhicules, le mode de financement de la flotte, la négociation des contrats avec les loueurs, jusqu’à la gestion quotidienne de la mobilité des collaborateurs. Nous obtenons entre 15 et 23 % d’économies sur la durée d’utilisation des véhicules », affirme Fabien Dieu.

Le pilotage des flottes opéré par ASK s’appuie aussi sur le développement d’une application baptisée Askme. Elle donne accès à toutes les informations dont a besoin l’utilisateur du véhicule et remonte les demandes d’assistance ou d’entretien avec prise en charge du collaborateur : un changement de pneumatiques engendre une prise en charge au cours de laquelle, en fonction de ses jours de disponibilité, le conducteur se verra proposer le garage le plus adapté et le plus proche pour cette opération. « Les flottes sont attirées par notre approche liée à la numérisation, indique Fabien Dieu, nous ne gérons pas des véhicules mais des salarié·es mobiles. »

En attendant, la concurrence ne manque pas dans ce domaine de la gestion de flottes. Les loueurs longue durée, constructeurs automobiles et éditeurs de logiciels de gestion sont également sur ce marché aux côtés des fleeters. Et désormais, ils sont rejoints par les télématiciens et les gestionnaires de data. Autant dire que le fleet management n’a pas fini de « professionnaliser » la gestion de flottes.
jean-pierre lagarde

♦ Le Total cost of ownership additionne toutes les dépenses liées aux véhicules, en très grand nombre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.