Gestion de flottes : de la carte carburant au big data !

Les outils de gestion et le recours à la télématique, jusqu’ici peu répandus, vont se multiplier dans les flottes d’entreprises. Du suivi des cartes carburant jusqu’à l’analyse des données des véhicules, une kyrielle optimise la gestion d’un parc automobile.

En France, 15 % seulement des flottes de plus de 50 véhicules disposent d’un véritable outil de gestion de parc automobile. Le chiffre va sérieusement gonfler face aux si nombreuses solutions de gestion d’un parc en ligne, de l’entretien au suivi.

S’illustre parmi ces applis, depuis peu, Total Fleet, une plate-forme développée par le pétrolier Total à travers laquelle gérer les cartes carburant et les télébadges proposés par le pétrolier aux flottes d’entreprises. D’autres fonctions lui sont associées : suivi de la gestion des véhicules et des collaborateurs, intégration des factures de Total ou d’autres fournisseurs (réseaux d’entretien, loueurs…) pour faciliter le suivi des coûts, gestion de la fiscalité, des reportings, calcul de la TVS et suivi de la fiscalité.

Total analyse le comportement

« L’ensemble des informations recueillies par la carte Total et l’intégration des factures d’autres fournisseurs aboutissent, pour nos clients, à déterminer le coût total d’utilisation – le TCO – de leurs véhicules, indique Gilles Langlois, directeur des Cartes pétrolières, mais Total Fleet offre aussi aux flottes la possibilité de développer des campagnes de sensibilisation auprès des conducteurs. La seule option payante à ce jour porte sur la gestion automatisée des amendes grâce à un lien avec l’Antai*. » De plus, signale Gilles Langlois, « Total Fleet intègre la fonction commande de véhicules et va bénéficier, grâce à des partenariats, d’un enrichissement pour procurer une vision globale des coûts d’un véhicule ». Grâce au rachat du spécialiste de la télématique WayKonect, Total va étendre un peu plus ses prestations de gestion. Une offre complète, baptisée Total Fleet Connect, sera bientôt proposée. Les flottes d’entreprises disposeront d’outils télématiques : géolocalisation des véhicules, remontée de données techniques (consommation, kilométrage), analyse du comportement du conducteur au volant et un volet d’écoconduite.

La gestion de flotte et l’analyse des données

Les solutions de gestion de parc à travers des outils télématiques se développent massivement. Notamment pour analyser les données issues des véhicules d’une entreprise afin d’en optimiser le parc. Depuis peu, le groupe Michelin a racheté Masternaut, l’un des spécialistes de la télématique pour la gestion de flottes. Plus récemment, un autre manufacturier, Bridgestone, a racheté la branche Telematics de TomTom, depuis rebaptisée Webfleet Solutions. Un outil télématique avec lequel, un autre pétrolier, Shell, développe déjà une plate-forme de gestion de carburant. Sébastien Duez, responsable des cartes carburant de Shell en France, estime que « le débat va rapidement porter sur la capacité des gestionnaires à gérer de manière plus efficace la flotte sous les aspects opérationnels, sécurité et maintenance. La télématique embarquée va jouer un rôle déterminant dans ce cadre ».

Les constructeurs automobiles suivent aussi de près l’introduction de la télématique dans la gestion de parc. Renault a regroupé sous les produits Iris et Iris Live toutes ses solutions de suivi de flotte. Désormais, le constructeur français propose dans ses offres de gestion plusieurs degrés d’analyse à partir d’un tableau de bord : 18 données spécifiques rassemblées sous forme de graphiques regroupent le suivi kilométrique, les alertes de maintenance, les véhicules en commande. De quoi, pour les gestionnaires, acquérir une vision précise et optimiser en temps réel leur parc. L’application donne accès au kilométrage, à la consommation, aux alertes mécaniques. Elle dispose d’un module d’écoconduite de responsabilisation des conducteurs. Enfin, cette solution se complète d’une offre de géolocalisation. Objectif : optimiser les tournées et les trajets de chaque véhicule.

Le suivi des parcs sans géolocalisation

Toujours dans le domaine de la télématique embarquée, Ocean, filiale du groupe Orange, commercialise un boîtier baptisé O-Direct universel lequel s’adapte à tous les véhicules. « Jusqu’ici les boîtiers télématiques ne s’adaptaient qu’à certaines marques et à certains véhicules, explique Olivier Picard, directeur général d’Ocean. Désormais, nous connectons tous les modèles, notamment les véhicules déjà en parc chez nos clients depuis quelques années et qui ne pouvaient pas être équipés. »

Les données recueillies et traitées aboutissent à un tableau de bord complet qui rend compte de l’état de « santé » de la flotte entière. « Les gestionnaires de parc ou les dirigeants d’entreprises ont accès sans géolocalisation à des données relatives à l’utilisation des véhicules. De quoi assurer un meilleur entretien du parc, une consommation de carburant plus faible grâce aux principes d’écoconduite proposés et moins de déclarations de sinistres. » Pour le responsable d’Ocean, cette évolution devrait nettement accélérer le passage des flottes d’entreprises à la télématique embarquée. « Beaucoup de gestionnaires de flottes souhaitent recueillir des données sur le kilométrage des véhicules sans associer de géolocalisation afin de créer les conditions d’une gestion de parc prédictive, de prévoir la maintenance et de garder ainsi les véhicules en bon état. » De quoi rassurer les utilisateurs de véhicules d’entreprises, souvent réticents (malgré les garde-fous mis en place par la Cnil) à la présence de boîtiers télématiques à bord de leurs véhicules.

Des outils pour une gestion sans limite

L’analyse des data, c’est aussi la spécialité de GAC Technology, un éditeur de logiciels qui collecte chaque mois 17 millions de données liées à la sinistralité, aux opérations de maintenance, à la consommation des véhicules ou des pneumatiques issus des 215 000 véhicules gérés par son logiciel GAC Car Fleet clients. À partir de ces recueils de données, cette société propose à ses clients de multiples alertes liées à la consommation ou à la maintenance, aux sinistres routiers et aux remplacements des pneumatiques. Cette société lyonnaise propose également aux flottes des outils d’analyse et de gestion avec du reporting, des pavés de pilotage, des requêtes, des histogrammes programmés pour aider le gestionnaire de parc dans l’analyse et le contrôle de la facturation, l’analyse budgétaire et celle des TCO. « Notre système a évolué vers la gestion des commandes des véhicules à renouveler, précise Matthieu Échalier, directeur général. On définit et paramètre la car policy des flottes, on lance la demande de cotation auprès des loueurs et le calcul des règles de participation des conducteurs. Tous les paramètres de calcul de loyer sont présents : de quoi calculer le loyer du loueur et donc précoter dans les appels d’offres le loyer qu’il proposera. » La multitude et la diversité de toutes ces nouvelles offres de gestion devraient sans doute conduire les entreprises à investir dans ces outils, notamment à l’heure où la hausse de la fiscalité automobile et la recherche de réduction des coûts seront prédominantes dans le pilotage des flottes.

Jean-Pierre Lagarde

* Agence nationale de traitement automatisé des infractions.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.