Equipements de bureaux : place au bien-être total

Plus ergonomique et adapté à la morphologie des salariés, on le savait. Mais le bureau tend aussi à devenir un espace de déco, lumineux et stylisé.

Un espace à peaufiner, car certains y passent beaucoup de temps…
Un espace à peaufiner, car certains y passent beaucoup de temps…

Après avoir connu un coup de mou ces dernières années, le marché de la bureautique et des fournitures de bureau a vécu une année 2016 enthousiasmante et vu ses ventes repartir à la hausse. « Après quelque temps de vache maigre, et notamment un coup d’arrêt en 2010-2011, le marché du bureau s’est bien porté cette année. Les ventes de sièges ont notamment été très dynamiques. C’est peut-être symptomatique d’un redémarrage économique ? », s’interroge Éric Boudet, directeur achat marketing-produits du groupe Bruneau (cf. encadré). « Il y a eu la crise durant laquelle les budgets ont été impactés, mais aujourd’hui nous assistons effectivement à un redémarrage », confirme Fabien Oczkowski, responsable marketing et communication de la marque Maxiburo.

Le bien-être, responsable du redémarrage ?

Les signes de reprise, qui se sont accumulés tout au long de cette année 2016, ont semble-t-il redonné de la confiance aux entreprises. Cette confiance s’est traduite par de nouveaux investissements. Et au jeu de ceux qui en ont profité en premier, les enseignes de fournitures de bureau s’en sont très bien tirées. « Quand un patron se sent bien, il veut faire plaisir à ses salariés. » Les mettre dans les meilleures conditions de travail pour que son entreprise prospère. Fabien Oczkowski a ainsi constaté cette année une forte demande de personnalisation des espaces de travail. « La notion de bien-être, de plaisir, fait aujourd’hui partie des critères d’achat. Pour les entreprises, il est important que chaque collaborateur puisse trouver au bureau des objets qui lui ressemblent : du petit matériel personnalisé, un siège qui épouse sa morphologie, une station de travail conçue sur-mesure pour son poste. L’ensemble de ces critères font que les demandes des clients sont aujourd’hui plus précises. » Cette précision a conduit les principales sociétés de matériels de bureau telles que Maxiburo, Bruneau, mais aussi Bureau Vallée, Calipage ou encore Office Dépôt à enrichir et affiner leur offre commerciale : « Quand on voit qu’une marque comme Scotch développe aujourd’hui des dérouleurs en forme de chat ou de talon aiguille, jamais nous n’aurions imaginé cela possible il y a quelques années encore », remarque Fabien Oczkowski. « La grosse tendance dans la fourniture de bureau est clairement la couleur, poursuit Éric Boudet du groupe Bruneau. Elles doivent mettre une touche de gaieté. Être fun et apporter du bien-être. »

La déco s’invite dans les bureaux

Le bien-être, toutes les entreprises de fournitures de bureau n’ont aujourd’hui que ce mot à la bouche. Soucieuse du bien-être de ses clients, Bruneau, par exemple, est même allé jusqu’à développer une offre de produits alimentaires (café, boissons) et déco (stores, luminaires, plantes, affiches). « En 2017, nous souhaitons vraiment mettre l’accent sur la décoration », annonce Éric Boudet. L’autre préoccupation des fournisseurs de matériel de bureau demeure l’ergonomie des postes de travail et la gestion de l’espace. « C’est une préoccupation forte des entreprises. On va dire que c’est le critère numéro 1 dans les demandes. Il faut que le bureau et le siège soient parfaitement adaptés aux tâches accomplies par le salarié et s’intègrent parfaitement dans l’environnement. »

Des bureaux réglables en hauteur électriquement

Deux grosses tendances à noter : l’apparition sur le marché de bras articulés qui permettent désormais de régler la proximité des écrans et leur hauteur. Mais aussi l’arrivée, dans les catalogues, de bureaux réglables en hauteur, électriquement ou mécaniquement. « C’est une tendance qui nous vient de Scandinavie. Des bureaux réglables en hauteur parce que contrairement aux croyances, il faut savoir que la station debout est plutôt vertueuse. Travailler debout est salvateur pour le corps », explique Éric Boudet. Si on résume : le salarié de demain sera debout devant son écran. Les bureaux seront solidaires (bureaux bench) et uniquement séparés par une cloison acoustique, dont les ventes sont en forte hausse. « Lorsqu’il y a une contrainte de place, c’est un moyen intelligent de séparer le salarié, dans des espaces de plus en plus ouverts, et de lui garantir une intimité », estime Eric Boudet.

La personnalisation à l’extrême de Bruneau

Leader de la vente à distance sur Internet, Bruneau (www.bruneau.fr), société française créée en 1955, est aujourd’hui un poids lourd de la fourniture de bureau, implanté en France, en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Espagne. Le groupe emploie actuellement 800 personnes, dont 600 en région parisienne, et réalise un chiffre d’affaires d’environ 300 millions d’euros. « Le web représente aujourd’hui 70% de notre CA », explique Eric Boudet, directeur achat marketing-produits du groupe Bruneau. Le reste des ventes s’effectue sur catalogue. Un outil qui continue d’être intéressant pour l’enseigne. « Notre catalogue général contient 14000 références et notre site Internet, environ 30000. » L’accessoire le plus vendu reste le siège. « Sur notre catalogue, les sièges sont hiérarchisés en fonction du type d’usage. » Le moins cher est à 70 euros ; le plus cher dépasse les 1000 euros. Et si le client désire un siège qui ne figure pas dans les pages du catalogue, ni sur le site Internet ? Bruneau s’engage à le trouver quand même. « Besoin d’un mouton à cinq pattes ? Bruneau sait où le trouver ! », explique la marque dans sa dernière campagne de communication. « Mobilier aux dimensions hors norme, produits “introuvables” sur le marché, Bruneau a décidé de relever le défi », confirme Patrick Meunier, responsable My Bruneau. « Nos spécialistes s’engagent à trouver gratuitement le produit dont les clients ont besoin, quelle que soit leur demande. »

Cyril Michaud

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici