ChatGPT
crédits : shutterstock

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Le rôle de ChatGPT dans les cabinets de conseil. Par Ashutosh Jamwal, Lennard Hofmann, Neriman Yilmaz, étudiants Audencia Grande École. Dans le cadre du concours des meilleures copies de l’école de commerce nantaise.

Au cours des derniers mois, impossible de passer à côté de ChatGPT. Selon THE WRAP, le site a été classé parmi les 50 meilleurs sites Web mondiaux après son lancement le 30 novembre 2022, avec plus de 672 millions de visites en janvier.

Dans le détail, il s’agit de la toute dernière révolution de l’IA qui utilise une énorme base de données pour tout faire – comme écrire des réponses bien structurées, résoudre des problèmes mathématiques, voire même créer des codes informatiques. Mais va-t-il également remodeler l’industrie du conseil ? Peut-il remplacer entièrement le travail d’un vrai consultant ? Nous avons demandé à ChatGPT !

La réalité de l’IA dans les cabinets de conseil

Lennard Hofmann, Neriman Yilmaz, Ashutosh Jamwal

L’utilisation de l’IA n’est pas nouvelle dans l’industrie du conseil ; en fait, elle l’utilise depuis un certain temps. Elle permet d’analyser rapidement de gros ensembles de données et de détecter les écarts dès qu’ils surviennent. Ses évaluations sont impartiales et exemptes d’erreurs humaines, assurant ainsi cohérence et exactitude. Selon Harvard Business Review, la différence fondamentale est que les systèmes d’IA actuels analysent non seulement les données, mais effectuent également des tâches telles que la reconnaissance et l’inspection d’images visuelles, des opérations autonomes ou la création de nouveau contenu – toutes des tâches qui s’appliquent généralement à une mission de conseil générale.

Cependant, cela ne suffit pas pour remplacer un vrai consultant, déclare Vishwanath Gujar, ancien consultant doté d’une expérience de 7 ans chez KPMG et EY. « L’utilisation de l’IA aide particulièrement dans la partie analyse des données en déclenchant des signaux d’alarme après l’évaluation des résultats. Mais elle ne peut pas vous fournir un tour d’horizon complet de la situation du client. Pour cela, il faut une interprétation humaine. »

En fait, les compétences humaines sont encore supérieures à celles de l’IA dans plusieurs domaines. Par exemple, le principal souci des consultants est de développer des relations interpersonnelles avec les clients, ce qui ne peut être réalisé, pour l’instant, qu’en créant un environnement de confiance grâce aux interactions humaines. De plus, l’IA ne tient toujours pas compte du raisonnement contextuel, et de multiples facteurs dans différents domaines pour en arriver à la bonne conclusion, à l’interprétation des données et à la prise de décisions.

« Les systèmes d’IA actuels ne prennent pas de décisions. Ils peuvent vous donner le résultat de l’analyse des données, mais n’expliquent pas les valeurs ni ce qu’elles indiquent. Pour prendre une décision, vous devez avoir un aperçu complet d’un processus particulier dans le contexte du client. »

L’IA fonctionne sur des hypothèses fixes, qui peuvent poser des problèmes en cas de situations exceptionnelles. Par exemple, les ventes réalisées pendant les fêtes de Noël sont différentes des ventes réalisées le reste de l’année, pour lesquelles des clients dignes de confiance pourraient avoir un retard de paiement naturel. Un fournisseur pourrait l’accepter ; cependant, l’IA bloquerait toujours les autres ventes du client.

Qu’est-ce qui change avec ChatGPT ?

Le développement de ChatGPT révolutionne l’utilisation de la technologie de l’intelligence artificielle. La principale différence avec les systèmes d’IA précédemment mis en œuvre est que ChatGPT peut maintenant comprendre le contexte d’une saisie de données afin de générer une réponse appropriée, donnant ainsi une suite cohérente de mots et de phrases. Cela signifie qu’il peut mieux interpréter les données fournies et formuler des recommandations concrètes d’une manière compréhensible – un bouleversement dans le développement de l’IA. Mais est-ce suffisant pour que ChatGPT puisse prendre la place d’un consultant ?

« Non », déclare M. Gujar. « Avec ChatGPT, il est maintenant possible d’entrer un scénario concernant une entreprise, par exemple sur un problème avec le renouvellement des stocks par rapport aux ventes. En fonction de l’entrée, ChatGPT peut vous donner le risque actuel et recommander des mesures correctives. Cependant, il s’agit d’interprétations de faible niveau et de mesures plus générales qui pourraient ne pas être la meilleure solution dans les cas particuliers. »

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que ChatGPT n’existe que depuis quelques mois et qu’il formule déjà des recommandations vis-à-vis des questions posées. Même si c’est actuellement à un niveau très simple, il faudra surveiller le niveau des recommandations dans 10 ou 20 ans. Est-ce que ChatGPT peut améliorer ce niveau jusqu’à fournir le même service de conseil que des humains ?

Bonjour ChatGPT ! Pouvez-vous remplacer un consultant ?

La réponse courte est OUI ! Bien qu’il ne soit actuellement pas assez sophistiqué pour reproduire les compétences d’un humain, nécessaires pour remplacer un consultant, ChatGPT énumère tous les défis posés pour atteindre cet objectif :

  1. Développer une compréhension plus approfondie des émotions et de la dynamique humaines
  2. Renforcer les capacités de traitement avancé du langage naturel
  3. Améliorer la créativité et la capacité de générer de nouvelles idées
  4. Créer des capacités décisionnelles plus avancées qui peuvent tenir compte des arbitrages complexes et de l’incertitude
  5. Élaborer de meilleurs mécanismes pour expliquer et transmettre les recommandations aux clients

Selon ChatGPT, il est difficile de prédire la chronologie exacte pour atteindre le niveau de sophistication nécessaire pour surmonter ces défis.

« Toutefois, il s’agit probablement d’un processus graduel qui évolue au fil du temps, à mesure que l’IA continue de s’améliorer et que les entreprises deviennent plus à l’aise avec ses capacités », indique la plate-forme d’IA générative.

Cela deviendra-t-il réalité ? Contrairement à l’avis de ChatGPT, M. Gujar doute qu’il puisse un jour atteindre un niveau de compétences humain et ainsi donner la même qualité de recommandations. Mais qui a raison ?

Les consultants doivent-ils craindre de perdre leur emploi ?

Gujar pense tout de même que oui : comme l’IA se développe de façon exponentielle, elle assumera certainement les tâches actuellement exécutées par les humains. Les emplois de niveau intermédiaire seront les plus touchés – les consultants qui n’ont pas la clairvoyance nécessaire pour développer leur interprétation de niche et leurs compétences relationnelles seront les premiers à être remplacés par l’intelligence artificielle, car leurs rôles se limiteront à l’analyse de données. Les cabinets de conseil s’efforcent toujours d’accroître la précision des services proposés, et l’IA est un outil essentiel pour atteindre cet objectif.

Les consultants devraient-ils donc traiter l’IA comme un allié ou un ennemi ?

À vous de décider.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.