L’emploi des jeunes : un exercice d’équilibriste

L’un des impacts majeurs de la crise sanitaire est incontestablement l’augmentation du nombre de chômeurs. Avec l’accroissement du nombre de licenciements, mais également la diminution des embauches, la période qui s’ouvre s’annonce particulièrement éprouvante pour une large frange de la population française et notamment pour nos jeunes.
Et pour cause ! Plus d’un jeune sur six a arrêté le travail depuis l’apparition de la covid-19 selon une étude de l’Organisation internationale du Travail.

Faire de l’emploi des jeunes une « priorité nationale » sera un exercice d’équilibriste : sans précariser davantage cette population déjà fragile, il faudra imaginer des dispositifs d’accompagnement et d’indemnisation efficaces.

Je suis intimement persuadé que les jeunes pourront trouver un souffle dans le travail indépendant. D’une part, il représente une opportunité pour celle ou celui qui sort des études et souhaite créer son activité. D’autre part, certaines formes de travail indépendant représentent une possibilité d’accéder à des jobs étudiants scolairement compatibles pour ceux qui ne sont pas encore diplômés.

Dans cette période qui s’ouvre, il faudra aller au-delà des clivages traditionnels qui existent entre travail indépendant et travail salarié où le travail indépendant ne serait qu’une expression de la précarité.

Il faudra néanmoins apporter une attention particulière à ce que nos jeunes choisissent et non subissent leurs parcours professionnels en les informant, par exemple sur l’éventail des choix de statut qui s’offre à eux.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.