Télétravail : guerre et paix

La crise que nous connaissons (car oui, nous n’avons pas encore gagné la guerre contre la covid-19) met en lumière une schizophrénie dont nous sommes nombreux à souffrir.

Du 17 mars au 11 mai 2020, les entreprises qui ont pu le proposer à leurs équipes ont adopté le télétravail. Certes, contraint et parfois dégradé, mais avouons-le : le frein psychologique a été levé.

La culture du présentiel, le besoin de contrôle a priori… La France était un pays dans lequel la question du télétravail était abordée avec difficulté dans les entreprises. Pour faire simple, et Saint-Thomas n’a qu’à bien se tenir : voir, c’est croire que le salarié travaille.

Or, la période que nous vivons a prouvé aux managers et aux dirigeants que la

performance économique et le maintien de l’activité est possible à distance, tout en garantissant un meilleur équilibre de vies des salariés et une réduction du stress lié à l’usage des transports en commun ou des moyens de locomotions individuelles.

Néanmoins, depuis les premières phases de déconfinement, le télétravail est passé de « solution miracle » à « grand danger ». On l’associe désormais au burn-out, aux contraintes, à la déshumanisation.

Où placer le curseur ? Faut-il faire la guerre au télétravail ou pacifier nos relations avec lui ?

La solution se situe souvent dans la définition. C’est un mode de travail volontaire, mené à raison de quelques jours au maximum et qui ne concerne pas tous les métiers.

Je ne crois pas au 100 % télétravail. Je crois en revanche à la mise en place d’un mode de travail à distance qui permettra une adéquation entre les besoins économiques des entreprises et les aspirations privées et sociétales des salarié.es. 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.