Faire ensemble pour mieux vivre ensemble

Mercredi 19 septembre 2018, j’ai rendu le rapport de la Mission Coworking, que m’avait confiée Julien Denormandie, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires.

J’ai pu constater après ces nombreux mois d’enquête, d’entretiens et d’échanges avec les acteurs des territoires que la dynamique des tiers lieux s’explique par deux grands abandons.

Le premier est l’abandon industriel. La délocalisation des activités dans d’autres pays, l’automatisation des chaînes de montage… ont mené toute une partie de nos territoires au déclin.

Le deuxième abandon est numérique. Aujourd’hui, sans numérique, il ne peut y avoir d’activité dans les territoires. Le numérique emporte la capacité à faire et il modifie des modes de travail.

Force est de constater que ce double abandon a été dépassé par les citoyens qui ont créé des lieux où il est possible de faire des choses ensemble. Et c’est précisément ce « faire ensemble » qui est, selon moi, une des conditions sine qua non du « vivre ensemble ».

C’est à grâce à ces nouveaux lieux que sont les tiers lieux, à ces nouveaux professionnels que sont leurs facilitateurs, que de nouveaux liens se créent, que les individus (re)font société, et ressentent l’envie de faire des choses, ensemble.

En poussant la porte de ces lieux, aussi protéiformes soient-ils, on découvre une source intarissable d’apprentissage. Ils proposent à chacune et chacun d’acquérir de nouvelles compétences, ils suscitent de la fierté et du partage, créent de l’activité économique et du lien social et… mènent au vivre ensemble.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.