Le club de Sochaux
Sochaux remporte la Coupe de France en 2007 (crédits : site du club)

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Parlons sport, pensons business. Fin août, le FC Sochaux-Montbéliard échappait in extremis à la faillite. Les dons des socios du club ont pesé lourd dans la balance. Le club leur rend maintenant hommage.

Les socios ont mutualisé 772 254 euros de dons pour sauver leur club de cœur. Grâce à cela, Sochaux a pu conserver son statut professionnel et son centre de formation (l’un des meilleurs en France). Les Lionceaux évoluent cette année en National.

« Notre Ligue peut respirer, Sochaux vivra ! », lit-on sur la page de la ligue Bourgogne Franche-Comté de football. Il faut dire que la région revient de loin… Début juillet, la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) auditionnait le FC Sochaux et décidait de le reléguer administrativement en National, faute de « garanties suffisantes permettant d’évoluer en Ligue 2 BKT ». Un coup de poignard porté à l’un des clubs les plus historiques du football français.

Une réaction immédiate

Dans la caisse sochalienne, un trou béant. Plusieurs millions d’euros de dettes plombent les comptes. Le groupe chinois Nenking, n’a pas su gérer correctement le club depuis son arrivée en 2020. Alors, à l’annonce de la relégation, un conglomérat d’acteurs régionaux s’assemble sous la bannière du projet « FCSM 2028 ». L’objectif ? Reprendre les rênes de leur club. Conduit par Jean-Claude Plessis et Pierre Wantiez, deux dirigeants historiques du FC Sochaux au début du XXIe siècle, le FCSM récolte environ 2 millions d’euros auprès de collectivités. Les trois principaux acteurs financiers : le Pays de Montbéliard Agglomération (PMA), Grand Belfort, et le Conseil départemental du Doubs.

Une quarantaine d’investisseurs privés sont également de la partie. « Tous ont en commun d’avoir un attachement à la Franche-Comté », glisse le duo de dirigeants, Jean-Claude Plessis et Pierre Wantiez. Hervé Renard, lui aussi, apporte sa pierre à l’édifice. L’entraîneur des Lionceaux entre 2013 et 2014 a gardé de très bonnes attaches dans la région…

Ce tour de table improvisé pour lever des fonds prouve une chose : tout le monde aime et veut sauver le FC Sochaux. À commencer par Pierre Wantiez, l’instigateur du projet de reprise. Lui avait décidé de prendre sa retraite, « mais bon, c’est Sochaux », comme il dit ! Finalement, grâce à la mobilisation d’une région entière, les Lionceaux rugissent encore.

Les Sociochaux chaudement remerciés

Pour peser dans la balance et convaincre la DNCG que Sochaux pouvait économiquement assumer une saison en National, près de 11 000 socios sochaliens (des Sociochaux) ont aussi mis la main au portefeuille. En récoltant 772 254 euros de dons, ils ont officiellement sauvé leur club des griffes du gendarme financier du foot.

Alors pour les remercier, la direction de Sochaux a renvoyé l’ascenseur à sa manière en concevant un maillot collector en leur hommage. Honneur suprême : les joueurs sochaliens l’arboreront pour le premier match à domicile de la saison 2024 et puis plusieurs autres fois dans l’année. Le kit est disponible à la vente et chaque donateur pourra le recevoir floqué avec son numéro de socio dans le dos à moindre coût. Un beau clin d’œil pour clôturer un épisode de turbulences qui aurait pu finir en drame. Le FC Sochaux a maintenant un projet solide jusqu’en 2028 pour retrouver l’élite du football français.

Tout au long de mes chroniques, je fus parfois dur avec ce que devient le foot. Il y a encore quelques semaines, je fustigeais de voir ce si beau sport enseveli sous les montagnes de cash saoudien. Mais les histoires comme celles de Sochaux nous rappellent pourquoi nous l’aimons. Loin d’être seulement 22 joueurs qui « tapent dans un ballon », le foot, c’est un cocktail sociologique où amour, solidarité et esprit sportif se mêlent. Partant de là, la passion revient toujours par des chemins de traverse. Peu importe combien de corrompus tenteront de la chasser, elle renaît dans les petits championnats, là où les « petites gens » ont encore leur place. Ainsi, à la ligue Bourgogne Franche-Comté j’aimerais répondre : nous pouvons tous respirer, tant que Sochaux vivra, le foot vaincra.


Les prolongations…

crédits : shutterstock

Finishers lève 3,3 millions d’eurosLa plate-forme qui référence les événements sportifs outdoor a fait un nouveau tour de table auprès du Blast.club notamment. Mathieu Blanchard, traileur français, rejoint aussi le capital. « Cette levée de fonds est le témoin de la confiance que nous portent nos investisseurs », se réjouit Benoit Grassigny, le président et cofondateur de Finishers. La déclaration d’Anthony Bourbon, le boss du Blast.club va également dans ce sens : « Chez Blast. nous souhaitons vraiment accompagner ce type de pépites pour booster leurs développements et cela aussi rapidement que possible », indique-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.