Avec les JOP 2024, les écoles de sport attirent toujours plus d’étudiants

écoles

Temps de lecture estimé : 2 minutes

 

Les JOP 2024 vont catalyser le secteur du sport et devrait, à moyen terme, créer plusieurs milliers de nouveaux emplois. Une aubaine pour les écoles privées spécialisées.

Selon plusieurs sources convergentes, les JOP 2024 devraient mobiliser 181 000 emplois. Si certains seront éphémères et devraient perdre en utilité juste après la fin de l’événement, l’enjeu vise aussi à en pérenniser le maximum pour porter haut le secteur du sport en France.

Et à ce propos, les défis sont nombreux. Selon un rapport de France Stratégie et du Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Céreq) l’économie du sport va aux devants de nombreuses transformations. Avec la diversification des pratiques sportives, l’extension à de nouveaux publics, l’inclusion et la transition écologique, c’est tout un secteur qui entame sa mue.

Rennes School of Sports : la pionnière

Alors dès 2020, certains établissements ont anticipé les besoins qui pourraient être liés aux JOP 2024. C’est le cas de la Rennes School of Sports, l’école créée en partie par Teddy Riner et MediaSchool. Sur ce campus breton, les 70 étudiants qui suivent ce cursus apprennent à adapter les méthodes de marketing et de communication au monde du sport.

« Pour préparer cet événement majeur, le marché avait un besoin urgent de compétences en communication, digital, marketing, management, relations publiques, relations presse et des médias. Nous avons également souhaité répondre au nouveau besoin de professionnalisation réclamé par les clubs et les institutions sportives dans l’organisation des événements et dans leur communication », souligne à ce propos le directeur MediaSchool Rennes, Christophe Lechat, à nos confrères de Destination Rennes business.

Et lorsqu’on lui demande si les futurs diplômés auront un avenir après 2024, le directeur répond avec assurance : « Forcément ». Selon lui, et en accord avec beaucoup d’études, les besoins de communication dans le secteur du sport resteront très importants et pourraient même augmenter jusqu’en 2030.

La question centrale des débouchés

À l’Amos Sport Business School aussi on assure aux étudiants un avenir à long terme : « Au-delà de l’effet d’aubaine lié aux JOP, notre défi a toujours été et sera toujours de garantir à nos étudiants présents chaque année sur notre campus de Rennes l’accès à un emploi au sortir de leur cursus », confiait Stéphane Herbert, directeur du campus AMOS Rennes.

La Sports Management School insiste d’ailleurs en énumérant les principales voies d’emplois pour les prochains professionnels du sport. Selon cet établissement, la gestion sportive, l’analyse de données ou encore la création de contenus multimédias en rapport avec le sport devraient être des véritables vecteurs d’emplois dans les prochaines années.

Selon Le Monde, en 2022, entre 2 000 et 3 000 étudiants seraient donc issus de filières du sport en France, hors Staps. Un chiffre qui n’a pas fini d’enfler, tant les cursus peuvent parfois paraître idylliques.


Les prolongations…  

JOP 2024Babybel devient supporter des équipes de France de handball ! • Grâce à ce partenariat, la marque de fromage sera visible sur les terrains lors de certains matchs des équipes de France. « C’est l’union d’une marque made in France et de deux équipes nationales les plus titrées qui se retrouvent autour d’un engagement commun envers le sport, la santé et le plaisir », explique Grégoire Argand, responsable marketing de Bel France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.