La comptabilité, un outil social et écologique ? Et pourquoi pas !

Il existe une mécanique comptable qui consiste à amortir ce que l’on achète dès lors que le montant dépasse 600 euros. On divise la facture au prorata temporis sur, par exemple, trois ans : l’amortissement. Souvent, au bout du délai retenu, les entreprises rachètent le même genre de biens. C’est notamment le cas pour le mobilier de bureau, qui une fois ce délai dépassé, finit à la déchetterie, en recyclage, activité payée par la fameuse taxe dont on s’acquitte au moment de l’investissement.

Parfois aussi, c’est à l’occasion d’un déménagement que la société laisse tout sur place si déménager coûte plus cher que de réinvestir dans l’immatériel neuf.

Souvent, je me suis dit par le passé que cette destruction de matériel était aberrante alors que tant d’associations en avaient besoin.

Eh bien je vous le dis, tout ça devrait pouvoir s’arrêter si nous relayons la bonne nouvelle : www.valmob.fr, une association en plein cœur de la RSE.

Quelle idée géniale tu as eu là, mon cher Christophe Starke, que d’imaginer ce site Internet sur lequel les entreprises déposent la liste de leur matériel. Les structures de l’économie sociale et solidaire choisissent et la société attribue ce qui devait partir à la déchetterie.

Ainsi, chers dirigeant·es, ami·es de la comptabilité, désormais vous le savez ! Oui, la comptabilité sait se montrer écologique en octroyant une seconde vie au matériel. Et, oui, elle se montre sociale en donnant à des structures un équipement, très souvent encore de bonne qualité et dont l’espérance de vie est encore souvent bien longue… 

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.