Le Médiateur des entreprises en temps de crise

Ou comment construire des relations basées sur la confiance, le dialogue et la solidarité ?

Nous y sommes, la rentrée tant redoutée par certains observateurs est arrivée. Il est vrai que la période de confinement a fortement marqué l’économie française et les conséquences risquent de perdurer dans les mois à venir. Mais je reste optimiste. Pourquoi ? Tout d’abord car les signaux économiques ces derniers mois ne sont pas si alarmistes que cela. Certains secteurs très touchés ont réussi à se relancer au sortir du confinement, je pense notamment au tourisme qui s’est adapté très rapidement à ce contexte différent ou encore à l’automobile avec des offres qui ont attiré énormément de nouveaux acquéreurs. Ensuite, car l’État est là. Depuis le début de la crise, toutes les entreprises françaises ont été soutenues ce qui devrait permettre de maintenir à flot un très grand nombre d’entre elles jusqu’à ce que l’activité reprenne normalement. Et enfin car cette crise a permis une réelle prise de conscience de la part des chef.fes d’entreprise. Ils et elles se sont rendu compte que le dialogue et la connaissance de ses partenaires commerciaux sont une des clés de la survie d’aujourd’hui et de la croissance de demain. L’activité du Médiateur des entreprises durant cette période si particulière en est la parfaite illustration

Utile en temps normal, l’action du Médiateur des entreprises s’est avérée vitale en temps de crise : 5 000 sollicitations et demandes de médiations entre le 16 mars et le 16 juin, alors que nous recevons habituellement 1 300 saisines à l’année. Le nombre de saisines multiplié par 10 au pic de la crise a confirmé le besoin qu’ont eu les entreprises de trouver des solutions en urgence au travers du dialogue. Comme pour la crise de 2008 qui a permis la création du Médiateur, la crise de covid-19 rend crucial notre travail depuis 10 ans.

Le Médiateur des entreprises, mobilisé par le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance pour venir en aide aux entreprises, bénéficie dorénavant d’une forte visibilité. Les chef.fes d’entreprise se rendent aussi davantage compte que notre service est efficace et rapide pour régler leurs litiges puisqu’ils et elles trouvent une solution dans 70 à 75 % des cas.

C’est donc une opportunité pour agir au plus près des entreprises dans les mois à venir. Dans le sillage des actions de l’administration à leur service, nous devons aller encore plus loin dans le dialogue et favoriser toujours plus la médiation entre les entreprises et les administrations. Il s’agit également de promouvoir l’affacturage inversé collaboratif au service de la trésorerie des TPE-PME, aider les commerçant.es et leurs bailleurs à trouver un terrain d’entente pour le report ou à l’annulation des loyers, ou encore à gérer les litiges liés aux surcoûts provoqués par la crise dans les marchés de travaux publics.

Mes équipes se sont fortement mobilisées et de nombreux médiateurs volontaires et bénévoles nous ont proposé leurs services pour gérer l’afflux de saisines. Nous sommes donc en capacité de traiter les demandes dans des délais d’urgence que la situation rend nécessaires. Chef.fes d’entreprise, faites-nous confiance, nous sommes-là pour vous aider !

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.