Manager like a Rolling Stone ?

L’été est là. Il est temps de ralentir. De s’attabler à la terrasse d’un café, d’apprécier le temps qui s’écoule et d’écouter… de la bonne musique. En France, en juillet, nous avons le choix entre 358 festivals. Avant de choisir ceux qui correspondent le mieux à nos goûts, je vous propose de nous inspirer des Rolling Stones pour mieux manager à la rentrée.
Ce groupe anglais reste à ce jour un modèle inégalé de performance d’équipe.
Cinquante-sept ans de carrière, 400 millions d’albums vendus. Une équipe qui ne déplore qu’un seul mort d’overdose via des substances illicites, témoigne d’une longévité qu’aucune autre formation musicale ne peut lui contester.
Comment peut-on expliquer le succès des Rolling stones et que retenir de leur saga ?

1 – Sans travail individuel, pas de talent collectif

La motivation principale des deux fondateurs des Rolling stones, Mick Jagger et Keith Richards, est de pouvoir régler leur facture d’électricité. Sans électricité, il leur est impossible d’écouter plus de dix heures par jour leurs morceaux favoris. Cette écoute révèle une envie obsessionnelle de reproduire, sans apprendre le solfège, les morceaux de John Lee Hooker. Tout au long de leur carrière, les deux musiciens répéteront leurs gammes pendant des dizaines de milliers d’heures.

2 – Une vision sans action est une hallucination

Mick Jagger et Keith Richards partagent une vision commune et ambitieuse de l’avenir : être les premiers bluesmen blancs reconnus par leurs homologues noirs.
Pour y arriver, ils traduisent ce rêve en deux objectifs concrets.
Pour devenir la meilleure formation de rythm/blues de Londres, ils jouent trois à cinq concerts par semaine. Pour être connu, il faut être reconnu.
Ensuite, ils franchissent la porte d’un studio pour enregistrer un disque. Il s’agit de se ré-écouter pour s’évaluer. Pour progresser.

3 – Pivotez avant de vous prendre le mur

Ces deux objectifs atteints, le groupe se pose à nouveau la question de la pertinence de sa vision. Est-elle toujours valable et tient-elle des éléments extérieurs ? De la concurrence ?
Nous sommes en 1964. Les Beatles, révélés au grand public deux ans plus tôt, avaient lancé à l’échelle planétaire la vague pop.
Le rythm/blues ne résiste pas à cette déferlante. Les Rolling Stones se posent donc la question du repositionnement stratégique et de la formalisation d’une nouvelle ambition.
Face au succès du groupe de
Liverpool et à sa posture de garçons proprets en uniforme, les Rolling Stones cassent les codes en vigueur en se forgeant une image de bad boys. Ils abandonnent l’uniforme fourni par leur manager et jouent habillés sans veste et en gilet de cuir acheté chez un fripier de Charing Cross.
Leur génie réside dans leur capacité à pivoter en réajustant leur positionnement en tenant compte d’événements extérieurs (succès des Beatles). Tout au long de leur carrière, les Rolling Stones ont modifié à de nombreuses reprises leur positionnement marketing pour rester le plus vieux groupe de rock and roll au monde. Le plus talentueux ? Tout dépend de vos goûts mais quand même « Satisfaction », c’est un sacré morceau, non ?

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.