La mythologie mensongère du « Tous collectif »

Notre nouveau titre de champions du monde de football, gagné cet été, contribue grandement à la propagande du collectif comme impératif catégorique (dixit les philosophes) pour réussir dans l’entreprise.

Bien entendu, recevoir Zidane, Deschamps ou Dupraz, dans votre entreprise, reste un souvenir inoubliable. Sont-ils, pour autant, les messies du management de nos organisations ? La réponse est non, et ce pour une raison essentielle.

Une équipe de foot joue pour gagner. Les règles sont connues, elle joue des matchs tous les week-ends. A la fin de la saison, elle est classée par rapport à ses concurrents. En clair, elle joue à un jeu fini. Dans l’entreprise, c’est l’inverse. Nous jouons un jeu infini où les règles changent en permanence, le nombre de joueurs également. Une équipe de foot professionnel joue contre un adversaire pour gagner. Dans une entreprise on joue contre soi-même pour progresser sans cesse, puisque le jeu ne s’arrête jamais.

Faut-il pour autant jeter aux orties le management des coachs sportifs ? La réponse est non.

Ce qui motive Didier Deschamps, ce n’est pas gagner des matchs, c’est de marquer l’histoire du foot français, en remportant une seconde étoile, l’une en tant que joueur, l’autre en tant qu’entraîneur. Il est donc animé par une ambition et recherche le meilleur futur possible pour lui-même et ses joueurs.

Que ce soit dans une entreprise ou dans une équipe de sportifs professionnels, ce qui donne un supplément d’âme au collectif renvoie aux valeurs. Les valeurs, ce ne sont pas des mots affichés sur les murs des entreprises où personne ne s’y reconnaît. Les valeurs s’incarnent dans des comportements au quotidien qui donnent envie d’être ensemble.

Pour conclure, rappelez-vous le mois dernier, j’avais évoqué un poste très en vogue ; le « Chief Bullshit Officer ». Je militerais volontiers pour la création d’un poste qui s’intitulerait « Chief Vision Officer » dont la fonction serait de partager une vision dans l’entreprise pour que les collaborateurs sachent réellement à quels jeux ils jouent.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.