Des livres, des gens et des lieux où il fait bon vivre

LE LIVRE

Apocalypse cognitive, de Gérald Bronner, chez PUF. Très intéressante lecture, à partir d’une analyse actuelle sur l’idée que nous n’avons jamais disposé d’autant d’informations, que, probablement nous n’avons jamais été connectés autant, mais que ce déferlement d’informations a entraîné une dérégulation du « marché cognitif », en chacun de nous. Conséquence fâcheuse, toutes ces « entrées » captent souvent pour le pire les trésors de notre attention : réseaux, médias, chaînes d’info. Nous, les optimistes, réfléchissons à l’idée que notre cerveau doit enregistrer les infos négatives et les conserver plus longtemps que les positives. En quelque sorte, l’effet de ce qu’il nous reste du cerveau reptilien : pour l’hominidé, un bruit devait décider très vite de la fuite ou de la lutte. Au xxie siècle, nous avons le devoir de tout vérifier, infos et sources, ne pas nous livrer au négatif pour le plaisir du moche et de l’effrayant, continuer à marcher sur deux pieds. Oui, l’on peut garder un pied en alerte, se laisser aller aux émotions négatives, tout le monde en a à un moment ou à un autre, mais ne pas nous laisser hypnotiser comme le lapin dans les phares par le triste, l’effrayant et le spectaculaire, au contraire regarder aussi la beauté du monde et ce qui va bien. Je recommande cette lecture passionnante à tout le monde.

UNE PERSONNALITÉ M’A SÉDUIT…

… qui m’a justement fait connaître le livre cité supra. Une personne qui pratique l’art modéré des mots et évite le spectaculaire, le yaka focon des chaînes, quelqu’un qui part des faits et nous aide à réfléchir, elle se nomme Caroline Fourest. Je la remercie d’avoir cité ce livre. Journaliste, féministe, elle défend les LGBT, se bagarre contre tous les intégrismes et se voit sans cesse menacée par les extrêmes, s’élève contre la complaisance à l’égard de l’islamisme, du complotisme, du conspirationnisme. Très tonique quoique détestée des fanatiques. À mon modeste étiage, moi qui m’efforce de donner plus à réfléchir qu’à asséner des vérités toutes faites, voilà une personne que j’ai plaisir à entendre.

L’ÉVÉNEMENT

Comme président de l’Association des villes et villages où il fait bon vivre, qui a publié en janvier 2021 le palmarès de toutes les communes de métropole, je revendique pour ce document le titre de palmarès de très loin le plus complet : toutes les communes de France, construit sur 183 critères en majeure partie de l’Insee, pondéré par un sondage qui précise ces critères du bon vivre. Il y a deux ans, lors de sa première publication, ce palmarès accompagnait la renaissance des villages et des villes moyennes, irrigués par un mouvement de population, tous ces gens qui quittent les grandes agglomérations sous l’effet du télétravail. Nous publions aujourd’hui en parallèle le palmarès des villes et villages du littoral qui attirent. Sur villesetvillagesouilfaitbonvivre.com, nous retrouvons l’attrait de Nice pour la Méditerranée. Pour l’Atlantique, c’est Bayonne, pour la Manche, Brest, en pleine renaissance. Et comme la loi littorale concerne aussi les lacs et les étangs, Annecy (photo), toujours en 1re position dans cet équilibre que les Français recherchent aujourd’hui entre qualité de vie et proximité des services.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.