Stoïcisme et Renaissances

L’ENTREPRISE

se nomme Néolithe. Elle se niche à Chalonnes-sur-Loire, dans le Maine-et-Loire et « transforme les déchets en… pierre ». Une start-up prometteuse comme on les aime, en prise directe avec les gaz à effet de serre et l’économie circulaire. Sa technologie transforme les déchets non recyclables en granulats pour l’industrie et la construction. Deux jeunes entrepreneurs à sa tête, Nicolas Cruaud et Clément Bénassy.

LE LIVRE…

… s’intitule Renaissances, 6 histoires qui réinventent le monde, chez Syros jeunesse, à destination des 13-30 ans. Il prolonge l’exposition Renaissances de la Cité des Sciences et de l’industrie. Original, signé par six grands noms de la science-fiction qui échafaudent des univers à portée de main, six raisons supplémentaires de croire en l’avenir, de tourner le dos aux « c’est mieux avant ». Le contraire des dystopies. Les signatures : Jérôme Leroy, Florence Hinckel, Nathalie Stragier, Nadia Coste, Christophe Lambert, Yves Grevet.

UN ÉVÉNEMENT

C’est l’inauguration le 12 juin de la copie « éphémère » du Grand Palais, en bois d’épicéa. Une structure de 10 000 m2 créée par Jean-Michel Wilmotte qui va accueillir foires et expos et en 2024 les épreuves des JO. 44 arches monumentales désormais prêtes pour les expos de mode, d’art et de sport que le Grand Palais en travaux ne peut intégrer.((Grand_Palais_Éphémère_Onde positive))

LES PERSONNALITÉS QUE J’APPRÉCIE

• Axel Kahn, grand scientifique, académicien, avec lequel il m’est arrivé de croiser le fer mais dont j’aime le sens de la nuance, son expression et qui vient d’annoncer sa disparition proche en usant de stoïcisme. « Nous étouffons parmi les gens qui pensent avoir absolument raison », disait Camus en prônant « le courage de la nuance ». « Alors, souriant et apaisé, je vous dis au revoir, amis », écrit Axel Kahn.

• Une autre victime du cancer, Bernard Tapie, vient de voir la cour d’appel refuser le report de son procès, alors même qu’il ne peut y assister pour cause de défaillance supplémentaire due à sa maladie, et qu’il est hospitalisé pour une intervention. Je n’ai pas toujours été d’accord avec lui, j’ai même publié un livre (Tapie-Le Pen, les jumeaux du populisme, 1991) qui analysait le marketing du malheur de l’un, Le Pen, et le marketing du bonheur, Tapie, avec ses « je vais vous rendre fiers et vous faire gagner ». Loin des algarades des plateaux, il est assez remarquable dans les messages qu’il diffuse pour redonner espoir. Au nom de cet altruisme et de cette bienveillance, la moindre des choses eût été de le laisser un peu en paix.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.