Le temps des opportunités dans la difficulté

J’AI UN COUP DE CŒUR

pour le formidable déploiement d’activité de Bpifrance, la « banque » des entrepreneurs, cet organisme français de financement et de développement des entreprises qui regroupe Oséo, CDC Entreprises, le FSI et FSI Régions. Depuis 2012, cette compagnie financière soutient efficacement les petites et moyennes entreprises, les entreprises de taille intermédiaire et les entreprises innovantes, soutenue par les politiques publiques de l’État et des régions. Plus que jamais, nos entreprises ont besoin de ce « coup de main ». D’où l’intérêt de voir Bpifrance repartir en tour de France pour son Big Tour, depuis le 29 juillet, jusqu’au 19 septembre (il sillonne le littoral, après Paris, à la rencontre des jeunes, des familles et des entrepreneurs) pour promouvoir le savoir-faire technologique, autant d’atouts pour la France qui innove et entreprend.

UNE PERSONNALITÉ ME FRAPPE TOUJOURS

celle de Philippe Croizon, bien connu par vos lecteur.trices, cet ancien ouvrier devenu athlète après la perte de tous ses membres. Pas seulement par fidélité à cet homme d’exception et par admiration pour les défis qu’il a relevés. Aussi parce qu’il fait école. Le voilà parrain de quatre jeunes athlètes de haut niveau en situation de handicap, Élisa, Paul, Théo et Selman, qu’il accompagne pour une nage en relais de 30 kilomètres entre deux caps de la côte d’Opale. Je trouve très beau que ce parrain du Printemps de l’Optimisme se consacre ainsi aussi à autrui.

DEUX LIVRES MÉRITENT VOTRE ATTENTION

• Celui de Virginie Grimaldi, cette romancière française dont le premier roman, Le premier jour du reste de ma vie en 2015, est resté dans les mémoires. Ses cinq romans sont tous des best-sellers, ils brillent par ce positivisme que l’on appelle la littérature feel good. Le dernier, Et que ne durent que les moments doux, chez Fayard, n’échappe pas à la règle de l’onde positive.

• Celui d’un politique que je connais bien, Nicolas Sarkozy, premier président à avoir tant écrit et autant de livres à succès. Le premier tome de ce qui constitue ses mémoires au fil des livres, Le temps des tempêtes (éditions de l’Observatoire), n’est pas l’exemple d’un optimisme à tous crins, mais il rappelle que lorsque tu sais d’où tu viens, tu sais où tu vas. Il réexplore cette grande crise financière mondiale dite des subprimes, raconte comment il l’a traversée avec efficacité et réfléchit à la crise actuelle et à celles qui viendront. Le moment de rappeler le mot de Winston Churchill, « Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté ».

À VENIR, LE FESTIVAL DES ÉNERGIES POSITIVES

dans le cadre du Printemps de l’Optimisme. Je ne suis pas sûr qu’il soit possible, dans les circonstances, de prévoir une grande manifestation comme les années passées, en live. Mais nous envisageons de reprendre un ancien projet un peu fou, le Train de l’Optimisme, qui, à la manière du Big Tour de Bpifrance, sillonnera une douzaine de villes françaises. Il véhiculerait l’image de notre patrimoine culturel, nos initiatives économiques, avec animations et ateliers. Comme Churchill, je vois l’opportunité dans la crise, et ce train-événement médiatique correspond à ma personnalité et à ma culture. Nous en reparlerons avec ÉcoRéseau Business, notre fidèle partenaire.

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.