Ces villes et villages où l’on vit le mieux

Par procuration, Thierry Saussez, jusqu’à la fin du mois en Antarctique (briguerait-il l’ambassade des pôles, il paraît que le poste sera bientôt vacant… ?), me charge de consacrer son Onde positive au sondage exclusif que l’une des (plurielles) associations positives qu’il préside, Villes et villages où il fait bon vivre – créée en 2007 –, vient de publier.

Sur les critères du sondage

Et qui fait un « tabac ». À peine rendu public dans le numéro du 19 janvier du Journal du Dimanche, le palmarès des Villes et villages où il fait bon vivre s’arrache. Mais surtout, le site complet où figure sans doute votre commune (sur les 34 841 « auditées », un record) a été pris d’assaut et débordé. Impossible, le lendemain encore de la mise en ligne, d’atteindre le serveur, saturé (www.villesetvilagesouilfaitbonvivre.com).

Pourquoi pareil succès ? Thierry Saussez le sait : « Les autres palmarès de ce genre ne comptent que 30 à 40 critères [le sondage diligenté par Opinion Way en établit 182 !] et ne concernent pas l’ensemble des communes. Il n’y a pas d’élément déclaratif de ressenti des habitants et, à titre individuel, l’un pourra considérer mal vivre dans une ville bien classée, ou inversement. Nous avons privilégié des données 100 % quantitatives et objectives, seule façon de comparer. Ainsi, les politiques conjoncturelles des élus locaux ou les initiatives hyperlocalisées ne sont pas prises en compte. »

Annecy en Haute-Savoie et Peltre en Moselle

Deux classements en vitrine, les + 2 000 (habitants) et les – 2 000. Et c’est Annecy où il fait bon vivre, plus que partout ailleurs ! Pourquoi ? « C’est tellement beau, explique un Annecien au JDD. C’est comme habiter au bord de la mer. » Mais ça ne suffit pas. Parmi les critères objectifs qui ont propulsé la ville alpine au sommet du Semnoz, au-dessus du lac, sa double vocation industrielle et touristique, un taux de chômage très bas (7 000 Annecien/nes filent en Suisse chaque matin) et suffisamment d’équipements pour booster la commune en tête de classement, devant Bayonne (64) et La Rochelle (17). Pour le tout petit bourg qui coiffe tous les autres à moins de 2 000 habitants, c’est Peltre, en Moselle, qui rassemble la population la plus heureuse d’y résider. C’est « une ville à la campagne » au sens vrai du terme : le RER dessert Metz, la grosse ville (222 000 âmes) qui a « phagocyté » administrativement la commune, en… sept minutes. Et dans cette campagne, « il y a tout, comme l’énumère un caviste, le calme, un cursus scolaire complet et une bonne ambiance de fête de village ».

Nul doute que cette première « mathématiquement fondée » ne devienne le classement hexagonal attendu chaque année. Mais question : si les critères ne changent pas, Annecy et Peltre seront-elles détrônées en 2021 ? Et au fil des années, les communes du sud ne perdront-elles pas toute chance de figurer au palmarès pour cause de mal vivre climatique ? Déjà, Hyères (83) et Nîmes (30) se glissent en fin de peloton quand Nice (06) acquiert une 6e place. À moins qu’Annecy et Peltre ne succombent sous le nombre des nouveaux arrivants séduits par un si beau classement…

Olivier Magnan

Répondre

Saisissez votre commentaire
Saisissez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.